Archives pour la catégorie Actualité

Des chefs héréditaires wet’suwet’en d’origine québécoise

La présence d’un certain Alphonse Gagnon (aussi connu sous le nom de Kloum Khun) parmi les chefs héréditaires de la nation wet’suwet’en en a intrigué plusieurs. Et c’est d’autant plus intriguant que cet Alphonse a un frère, Adam, sous-chef du clan Fireweed de la même communauté.

Gagnon alphonse _225_313

À première vue, ils auraient pu être des descendants des Français qui ont couru autrefois les Pays d’en haut et l’Ouest canadien, donnant naissance aux Métis et laissant des héritiers jusque chez les Dénés des Territoires du Nord-Ouest. Le nom de famille Gagnon se serait-il perpétué jusqu’à nos jours?

L’explication serait plus simple.

D’après l’auteur ou les auteurs du blogue JLS Report (https://www.jlsreport.com/2019/09/15/parrot-lakes-fiction-and-fantasies/), qui représente les membres de la nation wet’suwet’en favorable au gazoduc, Adam est le fils d’un Québécois, Louie Gagnon, et d’une autochtone de la nation wet’suwet’en, Annie Tommy, qui a aussi quelques enfants d’une union précédente.

Gagnon Adam_6

Il a grandi à Houston (B.C.) et, à la fin des années 1970, la famille a déménagé à Smithers. Empruntant par dérision le vocabulaire des radicaux de la communauté wet’suwet’en, JLS Report écrit qu’Adam Gagnon a été un « white colonialist » comme les résidents de ces deux villes. « Its like the rejected half breeds of yesterday have become today’s crusaders for the lost treasures that come with landing a multi billion dollar land claim » [C’est comme si les métis rejetés d'hier s’étaient mis aujourd'hui en croisade pour les trésors perdus qui accompagnent le dépôt d'une revendication territoriale de plusieurs milliards de dollars].

—-

Voir aussi: https://www.youtube.com/watch?v=ESzqgfz7UNA

 

La chasse aux symboles «religieux»: attention de ne pas se tirer dans le pied!

Le Journal de Québec a publié un texte sur les quatre symboles qui dérangent la députée de Marie-Victorin; cette dernière « demande le retrait de symboles religieux et monarchiques, ce que déplorent des historiens » (https://www.journaldequebec.com/2019/04/14/4-symboles-qui-derangent-fournier). Je suis un des deux historiens mentionnés, mais je ne sais pas exactement qu’est-ce qu’on me fait déplorer.

Je suis pour le retrait du symbole religieux que constitue le crucifix et pour l’abolition de la monarchie (dont il faudra endurer les symboles et les représentants encore longtemps), mais je déplore surtout qu’on mélange les deux.

Ces jours-ci, on parle de laïcité et de symboles RELIGIEUX : le lieutenant-gouverneur, le serment, la masse et le fauteuil du président réfèrent à un autre débat, la monarchie, qu’on pourrait peut-être remettre à l’automne…

De quoi Madame Fournier parle-t-elle quand elle demande « que soit évalué le retrait de certaines « croix anglicanes » au Salon bleu »?

Armoiries RU salon bleu

Le fauteuil du président est adossé à une structure qui porte les armoiries du Royaume-Uni (qui sont là pour rappeler que le chef de cet État est aussi le nôtre) surmontées d’une couronne elle-même surmontée d’une croix. Le même type de croix se retrouve sur la couronne qui fait partie des armoiries québécoises sculptées sur le fauteuil du président et la masse, qui symbolise l’autorité de ce dernier, comprend aussi une couronne surmontée d’une croix.

Masse

Ces trois croix sont du même genre : leurs bras s’élargissent du centre à la périphérie, ce qui leur donne l’allure de pattes, d’où le nom de « croix pattée ». On en trouvait beaucoup au Moyen-âge, soit bien avant la formation de l’église anglicane. Les chevaliers teutoniques et les templiers arboraient une croix pattée. La croix dite « de Cantorbury », une broche saxonne datant de 850 environ, a été découverte en 1867. On ne s’étonnera donc pas de retrouver des croix pattées sur la couronne que le roi Édouard a porté au XIe siècle. Précisons que c’était un catholique qui a d’ailleurs été canonisé en 1161. Sa couronne a été perdue puis reconstituée; elle a servi au couronnement de certains souverains anglais. Elle est aussi décorée de fleurs de lis.

??????????????????????

S’agit-il pour autant de croix « anglicanes» ? Ce n’est pas évident, mais admettons-le pour les fins de la discussion. La présence de cet ornement fait-elle des trois couronnes des symboles religieux? Certes pas, pas plus que les armoiries du Québec sont anglaises ou françaises à cause du lion ou des fleurs de lis qu’on y trouve.

Si ces couronnes sont jugées « religieuses » et dérangent les parlementaires, on peut toujours envisager de les enlever, retirer la masse, changer de fauteuil, voire enlever la structure à laquelle est adossée ce dernier et, une fois partis, masquer la croix de Cartier et les martyrs qui sont au plafond, décrocher les anges flottants qui ornent les tribunes… Des travaux s’annoncent dans le Salon bleu : pourquoi ne pas en profiter pour tout mettre ça blanc? C’est à la mode dans les édifices publics.

Je blague, mais, plus sérieusement, cette chasse aux symboles « religieux », menée dans le seul but de mettre en contradiction les partisans du retrait du crucifix, risque de causer des dommages collatéraux et se retourner contre ses adeptes. En effet, madame Fournier a oublié une croix, celle que porte le drapeau du Québec. Dans sa logique, le fleurdelisé devient « religieux » et elle donne une prise à ceux et celles que le plus important symbole d’identité québécoise dérange. Déjà que les fleurs de lis ont été associées à Marine Le Pen dans une reportage de sa collègue de Bourassa-Sauvé (https://blogue.septentrion.qc.ca/gaston-deschenes/2018/08/22/un-mauvais-souvenir-de-1998/) ! Faudrait pas nourrir ce courant.

Un député errant

(Texte rédigé en collaboration avec André Gaulin, ancien député de Taschereau, et Matthias Rioux, ex-ministre et ancien député de Matane)

La colline parlementaire s’est enrichie le 6 juillet d’un nouveau monument, une reproduction agrandie du « Député arrivant à Québec », une œuvre d’Alfred Laliberté (1877-1953) réalisée vers 1930.

Il faut se réjouir de voir que le projet d’Eugène-Étienne Taché se poursuit : « Je me souviens », a-t-il fait écrire au-dessus de la porte de l’édifice qu’il a conçu pour inviter ses compatriotes à se souvenir de leurs grands personnages, à commencer par les Amérindiens, rappelons-le, jusqu’aux femmes entrées récemment dans la vie parlementaire.

Ce monument représente un député débarquant dans la capitale pour siéger au Parlement du Bas-Canada (1792-1828). Le thème est tout à fait à-propos, mais ce « Député arrivant à Québec » n’est pas débarqué au bon endroit.

Député arrivant - original

La proposition

Dans le dernier numéro du bulletin Le temps de parole (juin 2018, p. 7), on peut lire que les membres de l’Amicale des Anciens parlementaires du Québec ont adopté à l’unanimité, en 2015, « une motion, proposée par notre collègue André Gaulin, pour souligner le 225e anniversaire des institutions parlementaires et du premier Parlement du Québec ».

En réalité, la motion se lisait comme suit :

« Que l’Amicale des Anciens parlementaires du Québec assure le suivi à donner pour que mémoire soit faite du premier Parlement du Québec (1792-1838) dans le Parc Montmorency de la Capitale, Parlement dont on soulignera le 225e anniversaire en décembre 2017. »

Autrement dit, l’objectif de la proposition était de rappeler la présence de nos premiers parlementaires à l’endroit où ils ont siégé pendant près de cinquante ans; le 225e anniversaire des institutions parlementaires couvrant plus largement par la suite un ensemble d’activités.

C’est seulement en ayant cela en tête qu’on peut comprendre la suite des événements, tels que rapportés par le président de l’Amicale à l’assemblée générale de mai 2018 :

« L’Amicale en a informé le président de l’Assemblée nationale afin qu’il puisse y donner suite en concertation avec les autorités canadiennes. Après une première analyse des nombreux dossiers soumis, Patrimoine Canada a retenu la proposition de la mise en place d’un monument visant à commémorer cet événement important pour le Québec.

[…] Patrimoine Canada a accepté de contribuer, pour un montant de 215 000 $, à la mise en place d’un monument constitué de la sculpture d’Alfred Laliberté intitulée « Le député arrivant à Québec », monument qui sera érigé sur les terrains de l’Assemblée nationale et inauguré en juillet prochain. »

La réponse

On comprend alors ce qui manque dans ce résumé : le parc Montmorency est propriété fédérale et Patrimoine Canada a refusé d’y permettre le moindre rappel du passage des députés bas-canadiens, pas même « une simple plaque commémorative », « un minimum », comme l’écrivait l’auteur de la motion, en octobre 2015, au 3e vice-président de l’Assemblée nationale, chargé du Comité du 225e. Dans sa grande générosité, et ne regardant jamais à la dépense quand il s’agit de commémoration, Patrimoine Canada a offert un « prix de consolation », ce qui lui a permis d’acheter la présence d’un ministre fédéral à l’inauguration du monument et de faire des invitations aux médias, conjointement avec le président de l’Assemblée nationale. De telle sorte que des invités qui avaient accepté l’invitation du président se sont désistés quand ils ont constaté que le fédéral avait imposé sa présence, insolite en la circonstance.

Député arrivant - 7 juillet

Devant le refus de Patrimoine Canada, on se serait attendu à ce que l’Assemblée nationale se tourne plutôt vers le gouvernement du Québec pour obtenir une contribution financière qui n’aurait pas trop grugé des surplus actuels : l’a-t-elle seulement sollicité?

***

Au final, la proposition de l’Amicale a été récupérée in extremis dans la programmation du 225e et dénaturée. Non content de bloquer l’accès à son parc, le gouvernement fédéral a profité de l’inertie du gouvernement du Québec en matière de commémoration pour venir patronner un monument sur la colline parlementaire québécoise, un geste sans précédent. Où était donc la Commission de la capitale nationale du Québec particulièrement responsable de la commémoration et de l’embellissement de la colline parlementaire?

Cette triste affaire illustre une fois de plus à quel point le gouvernement fédéral contrôle le message, avec l’argent des contribuables, dans la plupart des sites historiquement significatifs de la capitale du Québec, des Plaines d’Abraham au parc Cartier-Brébeuf, en passant par les fortifications et le port, imposant ses normes, couleurs et souvenirs, et ─ dans le cas présent ─ faisant fi des nôtres. Après avoir refusé l’accès du « Député » au site où il a siégé, il faut être assez culotté (ou vraiment inconscient) pour venir à l’inauguration de ce monument et déclarer (par la voix de la ministre Mélanie Joly) que le gouvernement du Canada « est fier de contribuer à la réalisation de nouveaux monuments qui mettent en valeur les moments charnières de l’histoire du Québec » et que ce bronze « rappellera aux générations à venir le rôle fondamental qu’ont joué les premiers députés dans l’édification de NOTRE pays ». Voilà : il en coûtera quelque 200 000 dollars pour remettre encore une fois le Québec à sa place.

Comme le dirait Roland Giguère, « la grande main qui pèse sur nous [...] finira par pourrir [et] nous pourrons nous lever et aller ailleurs ».

Nous l’avons échappé belle!

Le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (https://www.lesoleil.com/opinions/point-de-vue/le-debat-qui-a-fragilise-notre-democratie-8d4fdc12d8ecc11e035dfd6819c289ab) est monté sur ses grands chevaux et littéralement parti à l’épouvante. Imaginez : « nous sommes passés proche d’une catastrophe démocratique », nous « avons failli nous réveiller, la semaine dernière, dans un monde bien différent de celui dans lequel nous avons l’habitude de vivre ». Pourquoi? Horresco referens, aurait dit monsieur Landry. Parce que des députés ont posé des questions sur ce qui arrivera à La Presse lorsque ses propriétaires seront libérés d’une contrainte établie il y a 50 ans. (Incidemment, personne ne s’est demandé pourquoi les propriétaires de dudit journal n’ont pas demandé l’abrogation de cette loi au cours du dernier demi-siècle, mais seulement à quelques jours de la fin de la session, obligeant le gouvernement à demander une entorse au Règlement de l’Assemblée).

Giroux

Des dérailleurs ont « réussi [...]  à ébranler fortement les colonnes du temple de la démocratie ». Rien de moins! Quelqu’un a senti la secousse, à part monsieur Giroux? La « brèche au cœur même de notre système démocratique »? On vivait déjà depuis 50 ans avec une loi « qui ne s’applique à aucune autre entreprise de presse au pays » et qui, elle, intervenait dans la vie d’un organe de presse. Nous vivions dangereusement, sans le savoir.

« Il ne faut plus que cela se produise »: que les députés se le tiennent pour dit. Mais se produise quoi? La loi vétuste a été abrogée (le Parti libéral n’allait tout de même pas oublier ses alliés) et il n’en existe aucune autre du même acabit.

Monsieur Giroux peut dormir tranquille. Ce n’est pas comme le blâme contre Yves Michaud, une entorse bien réelle à la liberté d’expression commise par les parlementaires (tiens donc!), toujours « valide » 18 ans plus tard, qui a laissé la FPJQ indifférente, refusant même de répondre à Michaud, ancien journaliste lui-même, quand ce dernier a demandé l’appui de la confrérie. Maintenant que cette dernière est sauvée de l’apocalypse, elle pourrait s’intéresser à cette infamie sans précédent dans les démocraties occidentales.

Bernard Racine (1925-2017)

Bernard Racine est décédé à Québec le 23 octobre (http://www.fcfq.coop/avis-de-deces/bernard-racine-145607/).

Premier reporter français de la Presse canadienne, il y a travaillé 27 ans, dont 18 comme correspondant parlementaire à Québec.

RacineBernard-4dbJe l’ai souvent rencontré dans les corridors de l’Hôtel du Parlement, surtout qu’il s’intéressait beaucoup à l’histoire et fut un certain temps éditeur du bulletin de la Société historique de Québec, fonction que j’ai occupée aussi vingt ans plus tard.

Au début de décembre 1988, je lui ai donné un exemplaire de L’Année des Anglais, mon premier livre au Septentrion et le deuxième de cette maison d’édition, après celui de Léon Balcer. (https://www.septentrion.qc.ca/catalogue/annee-des-anglais-ne-l)

J’espérais bien qu’il me fasse une recension. « Je vais en parler, mais pas tout de suite », qu’il me répond. J’étais déçu, on était dans la période des cadeaux de Noël, mais le gars connaissait son métier. Il écrivit son article et le laissa sur le coin du bureau plusieurs semaines. En janvier, dans le creux des nouvelles, le texte fut mis sur le fil de presse, quatre quotidiens l’ont reproduit (ce qui n’était pas courant pour un livre d’histoire régionale) et le livre resta longtemps « positif » dans les rapports du distributeur (plus de ventes que de retours).

Merci, monsieur Racine!