Archives pour la catégorie Actualité

Un député errant

(Texte rédigé en collaboration avec André Gaulin, ancien député de Taschereau, et Matthias Rioux, ex-ministre et ancien député de Matane)

La colline parlementaire s’est enrichie le 6 juillet d’un nouveau monument, une reproduction agrandie du « Député arrivant à Québec », une œuvre d’Alfred Laliberté (1877-1953) réalisée vers 1930.

Il faut se réjouir de voir que le projet d’Eugène-Étienne Taché se poursuit : « Je me souviens », a-t-il fait écrire au-dessus de la porte de l’édifice qu’il a conçu pour inviter ses compatriotes à se souvenir de leurs grands personnages, à commencer par les Amérindiens, rappelons-le, jusqu’aux femmes entrées récemment dans la vie parlementaire.

Ce monument représente un député débarquant dans la capitale pour siéger au Parlement du Bas-Canada (1792-1828). Le thème est tout à fait à-propos, mais ce « Député arrivant à Québec » n’est pas débarqué au bon endroit.

Député arrivant - original

La proposition

Dans le dernier numéro du bulletin Le temps de parole (juin 2018, p. 7), on peut lire que les membres de l’Amicale des Anciens parlementaires du Québec ont adopté à l’unanimité, en 2015, « une motion, proposée par notre collègue André Gaulin, pour souligner le 225e anniversaire des institutions parlementaires et du premier Parlement du Québec ».

En réalité, la motion se lisait comme suit :

« Que l’Amicale des Anciens parlementaires du Québec assure le suivi à donner pour que mémoire soit faite du premier Parlement du Québec (1792-1838) dans le Parc Montmorency de la Capitale, Parlement dont on soulignera le 225e anniversaire en décembre 2017. »

Autrement dit, l’objectif de la proposition était de rappeler la présence de nos premiers parlementaires à l’endroit où ils ont siégé pendant près de cinquante ans; le 225e anniversaire des institutions parlementaires couvrant plus largement par la suite un ensemble d’activités.

C’est seulement en ayant cela en tête qu’on peut comprendre la suite des événements, tels que rapportés par le président de l’Amicale à l’assemblée générale de mai 2018 :

« L’Amicale en a informé le président de l’Assemblée nationale afin qu’il puisse y donner suite en concertation avec les autorités canadiennes. Après une première analyse des nombreux dossiers soumis, Patrimoine Canada a retenu la proposition de la mise en place d’un monument visant à commémorer cet événement important pour le Québec.

[…] Patrimoine Canada a accepté de contribuer, pour un montant de 215 000 $, à la mise en place d’un monument constitué de la sculpture d’Alfred Laliberté intitulée « Le député arrivant à Québec », monument qui sera érigé sur les terrains de l’Assemblée nationale et inauguré en juillet prochain. »

La réponse

On comprend alors ce qui manque dans ce résumé : le parc Montmorency est propriété fédérale et Patrimoine Canada a refusé d’y permettre le moindre rappel du passage des députés bas-canadiens, pas même « une simple plaque commémorative », « un minimum », comme l’écrivait l’auteur de la motion, en octobre 2015, au 3e vice-président de l’Assemblée nationale, chargé du Comité du 225e. Dans sa grande générosité, et ne regardant jamais à la dépense quand il s’agit de commémoration, Patrimoine Canada a offert un « prix de consolation », ce qui lui a permis d’acheter la présence d’un ministre fédéral à l’inauguration du monument et de faire des invitations aux médias, conjointement avec le président de l’Assemblée nationale. De telle sorte que des invités qui avaient accepté l’invitation du président se sont désistés quand ils ont constaté que le fédéral avait imposé sa présence, insolite en la circonstance.

Député arrivant - 7 juillet

Devant le refus de Patrimoine Canada, on se serait attendu à ce que l’Assemblée nationale se tourne plutôt vers le gouvernement du Québec pour obtenir une contribution financière qui n’aurait pas trop grugé des surplus actuels : l’a-t-elle seulement sollicité?

***

Au final, la proposition de l’Amicale a été récupérée in extremis dans la programmation du 225e et dénaturée. Non content de bloquer l’accès à son parc, le gouvernement fédéral a profité de l’inertie du gouvernement du Québec en matière de commémoration pour venir patronner un monument sur la colline parlementaire québécoise, un geste sans précédent. Où était donc la Commission de la capitale nationale du Québec particulièrement responsable de la commémoration et de l’embellissement de la colline parlementaire?

Cette triste affaire illustre une fois de plus à quel point le gouvernement fédéral contrôle le message, avec l’argent des contribuables, dans la plupart des sites historiquement significatifs de la capitale du Québec, des Plaines d’Abraham au parc Cartier-Brébeuf, en passant par les fortifications et le port, imposant ses normes, couleurs et souvenirs, et ─ dans le cas présent ─ faisant fi des nôtres. Après avoir refusé l’accès du « Député » au site où il a siégé, il faut être assez culotté (ou vraiment inconscient) pour venir à l’inauguration de ce monument et déclarer (par la voix de la ministre Mélanie Joly) que le gouvernement du Canada « est fier de contribuer à la réalisation de nouveaux monuments qui mettent en valeur les moments charnières de l’histoire du Québec » et que ce bronze « rappellera aux générations à venir le rôle fondamental qu’ont joué les premiers députés dans l’édification de NOTRE pays ». Voilà : il en coûtera quelque 200 000 dollars pour remettre encore une fois le Québec à sa place.

Comme le dirait Roland Giguère, « la grande main qui pèse sur nous [...] finira par pourrir [et] nous pourrons nous lever et aller ailleurs ».

Nous l’avons échappé belle!

Le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (https://www.lesoleil.com/opinions/point-de-vue/le-debat-qui-a-fragilise-notre-democratie-8d4fdc12d8ecc11e035dfd6819c289ab) est monté sur ses grands chevaux et littéralement parti à l’épouvante. Imaginez : « nous sommes passés proche d’une catastrophe démocratique », nous « avons failli nous réveiller, la semaine dernière, dans un monde bien différent de celui dans lequel nous avons l’habitude de vivre ». Pourquoi? Horresco referens, aurait dit monsieur Landry. Parce que des députés ont posé des questions sur ce qui arrivera à La Presse lorsque ses propriétaires seront libérés d’une contrainte établie il y a 50 ans. (Incidemment, personne ne s’est demandé pourquoi les propriétaires de dudit journal n’ont pas demandé l’abrogation de cette loi au cours du dernier demi-siècle, mais seulement à quelques jours de la fin de la session, obligeant le gouvernement à demander une entorse au Règlement de l’Assemblée).

Giroux

Des dérailleurs ont « réussi [...]  à ébranler fortement les colonnes du temple de la démocratie ». Rien de moins! Quelqu’un a senti la secousse, à part monsieur Giroux? La « brèche au cœur même de notre système démocratique »? On vivait déjà depuis 50 ans avec une loi « qui ne s’applique à aucune autre entreprise de presse au pays » et qui, elle, intervenait dans la vie d’un organe de presse. Nous vivions dangereusement, sans le savoir.

« Il ne faut plus que cela se produise »: que les députés se le tiennent pour dit. Mais se produise quoi? La loi vétuste a été abrogée (le Parti libéral n’allait tout de même pas oublier ses alliés) et il n’en existe aucune autre du même acabit.

Monsieur Giroux peut dormir tranquille. Ce n’est pas comme le blâme contre Yves Michaud, une entorse bien réelle à la liberté d’expression commise par les parlementaires (tiens donc!), toujours « valide » 18 ans plus tard, qui a laissé la FPJQ indifférente, refusant même de répondre à Michaud, ancien journaliste lui-même, quand ce dernier a demandé l’appui de la confrérie. Maintenant que cette dernière est sauvée de l’apocalypse, elle pourrait s’intéresser à cette infamie sans précédent dans les démocraties occidentales.

Bernard Racine (1925-2017)

Bernard Racine est décédé à Québec le 23 octobre (http://www.fcfq.coop/avis-de-deces/bernard-racine-145607/).

Premier reporter français de la Presse canadienne, il y a travaillé 27 ans, dont 18 comme correspondant parlementaire à Québec.

RacineBernard-4dbJe l’ai souvent rencontré dans les corridors de l’Hôtel du Parlement, surtout qu’il s’intéressait beaucoup à l’histoire et fut un certain temps éditeur du bulletin de la Société historique de Québec, fonction que j’ai occupée aussi vingt ans plus tard.

Au début de décembre 1988, je lui ai donné un exemplaire de L’Année des Anglais, mon premier livre au Septentrion et le deuxième de cette maison d’édition, après celui de Léon Balcer. (https://www.septentrion.qc.ca/catalogue/annee-des-anglais-ne-l)

J’espérais bien qu’il me fasse une recension. « Je vais en parler, mais pas tout de suite », qu’il me répond. J’étais déçu, on était dans la période des cadeaux de Noël, mais le gars connaissait son métier. Il écrivit son article et le laissa sur le coin du bureau plusieurs semaines. En janvier, dans le creux des nouvelles, le texte fut mis sur le fil de presse, quatre quotidiens l’ont reproduit (ce qui n’était pas courant pour un livre d’histoire régionale) et le livre resta longtemps « positif » dans les rapports du distributeur (plus de ventes que de retours).

Merci, monsieur Racine!

Their Story

 

  « Je pensais qu’un jour on raconterait notre histoire,
Comment on s’est rencontré et que les étincelles ont aussitôt volé,
Les gens diraient : « Ils sont chanceux ».
Je savais que ma place était à tes côtés,
Maintenant je cherche un siège vide dans la salle,
Car dernièrement je ne sais même plus sur quelle page tu es. »

Story_of_Us_(Song)Ce qui précède est la traduction (trouvée sur Internet) d’une chanson de Taylor Swift intitulée… The Story of Us. Ça ne s’invente pas. La thématique de cette chanson lancée en 2010 n’est pas très éloignée de celle du psychodrame qui nous occupe depuis quelques jours.

Je n’ai pas vu les premiers épisodes du docudrame de la CBC. Difficile de juger, dira-t-on, mais les nombreux commentaires qui ont été émis, dont la lettre collective publiée dans le Globe and Mail du 2 avril (http://www.theglobeandmail.com/opinion/new-series-the-story-of-us-is-not-the-story-of-canada/article34554022/), ne laisse pas de doute quant au choc qu’il provoque dans divers milieux.

Même Jean-Marc Fournier - il faut le faire - s’est quasiment insurgé en disant qu’il y « un os dans The Story of Us »… Ce sympathique mot d’esprit, étonnant de sa part, n’en a pas moins touché le point sensible : l’os, c’est justement l’« Us ».

Le sous-traitant de CBC, Bristow Global Media, a précisé ensuite dans un communiqué que la série a été commandée par les services anglais de CBC pour un public anglophone. Alors, de quoi s’étonne-t-on? Le sous-traitant a raconté au client l’histoire que son auditoire-cible aime entendre.

***

En 1867, la Caledonian Society de Montréal a lancé un concours de chants patriotiques pour le nouveau Dominion. Le chant qui obtint le premier prix, This Canada of Ours, a été vite oublié. Le second, intitulé The Maple Leaf for Ever, était l’œuvre d’Alexander Muir, un fier partisan de l’Empire. Il connut une grande popularité au Canada anglais, devenant un hymne national de facto pour cette communauté, mais on ne put le faire accepter comme hymne officiel pour des raisons qui apparaissent évidentes à la lecture du premier couplet :

« In days of yore, from Britain’s shore,
Wolfe, the dauntless hero came,
And planted firm Britannia’s flag,
On Canada’s fair domain.
Here may it wave, our boast, our pride,
And joined in love together,
The thistle, shamrock, rose entwine,
The Maple Leaf forever! »

(On peut écouter la pièce sur le site suivant https://www.youtube.com/watch?v=wx_T1R026Wc, mais la lecture de certains commentaires est déconseillé aux bleeding hearts, comme disait un ancien premier ministre.)

Maple_Leaf_Forever imageDans la tête de Muir, un militaire orangiste, le Canada commençait avec l’arrivée de Wolfe et sa panoplie d’emblèmes pouvait inclure le chardon, le trèfle et la rose, mais pas la fleur de lis.

Le Canada de Routhier et Lavallée avait aussi ses limites : dans le second couplet de leur Ô Canada, le « Canadien » né « d’une race fière » qui grandit « sous l’œil de Dieu, près du fleuve géant », était évidemment de souche française. Routhier et Lavallée l’avaient composé en 1880 pour servir de « chant national des Canadiens français » et n’avaient nullement la prétention d’en faire un hymne national pour le Canada. S’il l’est devenu, cent ans plus tard, au lendemain du premier référendum, c’est par un détournement de sens qui l’a émasculé : on a conservé le premier couplet du chant créé en 1880, pour les francophones, les anglophones chantent autre chose sur la musique de Lavallée et on mélange les deux pour les matchs de hockey. Les deux solitudes soliloquent en chœur.

O-Canada image

***

À plusieurs reprises, des âmes bien intentionnées ont promu l’idée d’un manuel d’histoire qui conviendrait aux enfants des deux peuples fondateurs. Ces vaines tentatives et la télésérie de CBC témoignent de la même situation inéluctable : les Canadiens français et les Canadiens anglais n’ont pas de passé commun.

Le « nouveau » monument Jacques-Cartier, ou déshabiller saint Roch pour habiller saint Félix

L’arrondissement de Cap-Rouge s’enrichit cette semaine d’un monument dédié à Jacques-Cartier, un second pour ce personnage car il a déjà une stèle en face de l’église.

 Monument Jacques-Cartier 2016-annonce  Monument Jacques-Cartier 2016-Cap-Rouge Église

Cette commémoration n’est pas sans pertinence sur les bords de la rivière Cap-Rouge, même si le passage du navigateur malouin n’y fut pas des plus glorieux. Cartier séjourne à Cap-Rouge lors de son troisième voyage, en 1541-1542. Il a été remplacé par Roberval comme chef de l’expédition mais ce dernier ne réussira à s’embarquer qu’au printemps 1542. Entre temps, Cartier a fait édifier un fort au confluent du Saint-Laurent et de la rivière du Cap Rouge. En 1542, il met le cap sur la France, malgré les ordres de Roberval qu’il croise à Terre-Neuve. Cartier est anxieux de présenter au roi des pierres précieuses, de l’or et des diamants, croit-il, qui se révéleront plutôt de la pyrite et du quartz sans valeur.

La statue dévoilée à Cap-Rouge l’a été une première fois dans le quartier Saint-Roch en 1926, au coin des rues Saint-Joseph et de la Couronne, sur un socle, au centre d’une place où on trouvait, dès le XIXe siècle, une halle et un marché portant le nom de Jacques-Cartier.

 Monument Jacques-Cartier 1928 AVQ  Monument Jacques-Cartier 1941-1970 AVQ

Dans les années 1960, la construction d’un stationnement souterrain entraîna le réaménagement de la place Jacques-Cartier et le monument se retrouva au-dessus de l’entrée des voitures. Puis, avec la construction de la bibliothèque Gabrielle-Roy, au début des années 1980, la place fut réaménagée et le monument semblait alors promis à un bel avenir.

 Monument Jacques-Cartier 1966 AVQ  Monument Jacques-Cartier 1984 AVQ

Mais, manque de chance, le stationnement s’avéra vite « pourri », comme c’est trop souvent le cas des ouvrages de ce genre, et Cartier prit le chemin de l’entrepôt, plus exactement celui d’un champ de débarras, avec des poubelles et d’autres éléments excédentaires du mobilier urbain.

Monument Jacques-Cartier entreposée (GG-2014)

De grands travaux sont maintenant en cours à la place Jacques-Cartier : on y refait le stationnement, une tour d’habitation est en construction mais on n’a pas prévu d’espace pour la statue de Jacques-Cartier et l’arrondissement de Cap-Rouge en a hérité. En fin de compte, on déshabille Saint-Roch (de Québec) pour habiller Saint-Félix (de Cap-Rouge).

N’y avait-il aucun espace pour cette statue au centre-ville ? Elle aurait pu faire partie du futur réaménagement de la bibliothèque Gabrielle-Roy. Sinon, on aurait pu en profiter pour atténuer cette bizarrerie « monumentale » que constitue l’absence de Cartier dans la façade de l’Hôtel du Parlement. Dès 1883, Eugène-Étienne Taché lui avait prévu un espace dans la tour principale (qui lui est dédiée) mais, pour des motifs qu’il reste à expliquer, son plan ne s’est pas réalisé et c’est plutôt un duo de religieuses, Marie de l’Incarnation et Marguerite Bourgeois, qu’on installa en 1969 à la place d’honneur prévue pour le « découvreur du Canada » !

 Cartier dans plan de 1882  Religieuses

Les déplacements du monument Cartier rappellent ceux du monument Louis-Hébert érigé en 1918 devant l’hôtel de ville de Québec et lui aussi « victime » d’un stationnement souterrain construit au début des années 1970. Trop lourd, disait-on, il fut démantelé et les bronzes qui le composaient ─ Hébert, sa femme Marie Rollet et son gendre Guillaume Couillard ─ furent réinstallés sur des socles minuscules, « dans le but de démocratiser la sculpture », selon le maire Lamontagne… !

 Monument Louis-Hébert a1947 AVQ  Monument Louis-Hébert 1974 AVQ

La Société historique de Québec protesta contre le sort réservé à la première famille québécoise, dont les membres se retrouvaient « comme de vulgaires piétons anonymes descendus dans la rue ». Le monument fut reconstitué, avec son socle et ses inscriptions, mais déplacé dans un coin sombre du parc (fédéral) Montmorency. Et, sur l’emplacement initial du monument, il y a maintenant des jeux d’eau.

Jeux d'eau

Cette fois, il est trop tard pour réagir et empêcher Cartier de quitter Saint-Roch. Qui avait prévu que le réaménagement de sa place entraînerait son exil à Cap-Rouge ? La Société historique de Québec n’en savait rien. Et, à quoi bon réclamer le retour de ce monument à sa place ? La tour d’habitation en construction ne sera-t-elle pas elle-même une « œuvre d’art », d’après le promoteur? Elle a d’ailleurs « été baptisé tour Fresk, en référence à une œuvre picturale »… La nommer en français était probablement au-delà des forces de la société Cromwell. On aurait pu au moins penser que ce mot breton signifiant frais, nouveau, propre, dans le pays de Jacques Cartier, constituerait le classique clin d’œil qu’on fait à l’Histoire quand on veut justement faire oublier qu’elle est évacuée.

On ne sait pas encore à quoi ressemblera la place Jacques-Cartier, si tant est que le toponyme subsiste, une fois les travaux terminés. « Ne cherchez pas la future place publique sur les nouvelles images de la tour de la place Jacques-Cartier, écrivait Le Soleil en octobre 2015. Le promoteur a bien pris soin dans ses documents de ne pas présenter l’angle des rues Saint-Joseph et de la Couronne. Il reviendra à la Ville de Québec de présenter la place publique lorsqu’elle sera prête. » Parions pour des jeux d’eau, comme à l’hôtel de ville. Ça amuse les enfants mais c’est bien insignifiant.