Archives pour la catégorie archives

Le [premier] monument à Wolfe et Montcalm

 

Cette aquarelle présente le paysage de la rue des Carrières vers la Citadelle. Le spectateur aperçoit à sa droite la partie supérieure des jardins du Gouverneur et l’obélisque dédié à Wolfe et à Montcalm. Inauguré le 8 septembre 1828 par le gouverneur Dalhousie, ce premier monument commémoratif érigé à Québec, selon les plans du capitaine Young du 79e régiment des Highlanders, rend hommage aux deux héros ennemis, morts au champ d’honneur en 1759: Wolfe, le 13 septembre, et Montcalm, le lendemain. Le monument est un obélisque d’une hauteur totale de 20,1 mètres. Du côté sud, on lit en gros caractères le nom WOLFE, et du côté nord, son adversaire MONTCALM. Du côté du fleuve, on y lit l’inscription suivante en latin, due à la plume de J. Charlton Fisher écuyer, L.L.D. En voici la traduction. «À tous deux, leur valeur donna la mort; l’histoire, la renommée; la postérité, un monument». Le monument sera démoli et un nouveau sera inauguré le 8 septembre 1869 selon les plans et spécifications de J.F. Rickson. Avec sa colonne quadrangulaire, son piédestal et son sarcophage, l’obélisque est formé de blocs rectangulaires de calcaire bouchardé de la formation de Deschambault provenant de Pointe-aux-Trembles. La superbe maison à trois étages et aux cheminées détachées des murs, qui se trouve à l’extrémité de la rue, fut construite en 1819-1820 pour Pierre-Édouard Desbarats par le maître-maçon John Phillips qui est aussi responsable de la maçonnerie du monument Wolfe-Montcalm. Aujourd’hui, le consulat des États-Unis en occupe le site. Les fenêtres qui bordent l’extrême droite de l’illustration sont celles de la résidence de Joseph-François Perrault, greffier de la paix. Sa maison, probablement érigée vers la fin des années 1820, est un bel exemple d’architecture néo-classique. Elle sera démolie en 1907 pour faire place à l’aile Mont-Carmel de l’hôtel Château Frontenac. Notons que la rue des Carrières a été tracée en 1689, et fut ainsi nommée parce qu’elle conduisait aux carrières du Mont-Carmel. (Marc Beaudoin)

29694527_1689804177747151_6899804833252646429_n

Photographie : Le monument à Wolfe et Montcalm, Québec, 1840, aquarelle et mine de plomb sur papier de Robert Frederick Mountain, collection MNBAQ.

Tiré du Calendrier des vues anciennes de Québec – Janvier 2003.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

Changement de garde chez notre distributeur Dimedia

Cela faisait maintenant quelques semaines que les rumeurs courraient, les diffusés étaient avertis depuis quelques temps, mais la nouvelle sort au grand jour : les éditions du Boréal et Québec-Amérique se portent acquéreurs de Dimedia.

Tout cela découle de décisions prises en France : Interforum a décidé de créer sa propre structure de diffusion au Québec, quittant ainsi Dimedia après une longue et fructueuse collaboration. Ce qui aurait pu être une catastrophe a été retourné en tremplin. La consolidation de la diffusion d’éditeurs culturels québécois au sein de la même organisation permettra de défendre un catalogue général extrêmement cohérent auprès des professionnels et du public.

Concrètement, pour les éditions du Septentrion et Hamac, qu’est-ce que ça change ? À court terme, absolument rien. Les équipes restent en place, la direction générale ne change pas, la structure est stabilisée. Et, dans les prochaines années, ce sera certainement l’occasion de développer de nouvelles stratégies pour permettre à nos livres d’atteindre plus efficacement leur lectorat.

D’ailleurs, pas plus tard que demain, nous rencontrons à Montréal libraires, bibliothécaires et journalistes dans le cadre de la « Journée Dimedia ». Mettons que le sujet de conversation du dîner est déjà trouvé !

167710_193215970688559_7081432_n

Photo : Une toute petite partie de l’entrepôt de Dimedia.

Les trésors du séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières

Le Devoir publie, ce 15 août 2018, un excellent article décrivant la richesse des archives du séminaire de Trois-Rivières.

En tant qu’éditeur, c’est un endroit que j’ai eu la chance de visiter à plusieurs reprises, guidé par l’historien Denis Vaugeois, qui, avec Jacques Lacoursière et l’archiviste Christian Lalancette, en connaît tous les recoins.

L97828944864501À tout seigneur tout honneur, il est tout de même étonnant de parler du fonds Hart sans mentionner le nom de Denis Vaugeois. Très tôt initié à cette immense masse documentaire par Mgr Albert Tessier, Vaugeois a fait ses classes d’histoire dans les papiers de la grande famille juive trifluvienne. Il en a résulté deux ouvrages, tout d’abord en 1968 Les Juifs et la Nouvelle-France (Boréal) et, bien plus tard en 2011, Les Premiers Juifs d’Amérique, fruit de ses longues recherches et de ses connaissances accumulées sur le sujet. On lui doit aussi plusieurs articles du Dictionnaire biographique du Canada.

Mais mon premier contact eut lieu lors de la recherche pour illustrer Deux voyages sur le Saint-Maurice, édité par Vaugeois. C’est dans les ouvrages conservés au séminaire que nous avons trouvé ce qu’il nous fallait. Il y eut aussi une mémorable remontée du Saint-Maurice jusqu’aux Grandes-Piles, mais ça c’est une autre histoire.COUV

J’ai eu le privilège de rencontrer celui qui était encore le supérieur du séminaire Saint-Joseph, l’abbé Jean Panneton. Issu d’une grande famille de la région, le pétillant et cabotin personnage animait déjà depuis de nombreuses années les murs ancestraux de l’édifice, incluant ceux des archives. Nous fûmes à chaque fois reçus comme des princes.

Cela donnera lieu, quelques années plus tard, à la publication de deux ouvrages, le premier sur Le diocèse de Trois-Rivières et le second plus directement sur Le séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières lui-même. Je me souviendrai longtemps de l’abbé nous recevant sur les marches du séminaire, à quelques heures du lancement de son livre. En voyant les nombreuses boîtes que nous avions à décharger du coffre de la voiture, il s’était engouffré dans le hall d’entrée et avait crié à tue-tête : «Qu’on aille chercher le diable!». Le sourire qui barrait son visage montrait qu’il était bien fier de son trait d’esprit.

Je vous invite à découvrir ces ouvrages, ces lieux et surtout ces personnages hors du commun!

Gilles Herman, éditeur

COUV     L97828944862831

 

Des Irlandais à Québec au XVIIe siècle

 

Le 5 août 1689, c’est le massacre de Lachine. Ce raid iroquois contre un important poste de traite français aurait été commandé par les Anglais de New York. En 1690, Frontenac lance trois expéditions de représailles contre autant de villages de la Nouvelle-Angleterre: Corlar, Salmon Falls et Casco (aujourd’hui Portland, Maine). On fait des prisonniers qu’on ramène au Canada. De Corlar, on ramène notamment à Montréal John Lahey originaire de Thurles, comté de Tipperary en Irlande. De Casco, on ramène à Québec l’épouse et les quatre enfants du lieutenant John Swarten tué lors de l’attaque, dont sa fille Marie-Madeleine. Celle-ci était née à Salem au Massachusetts, mais ses parents étaient Irlandais. Plus tard, Lahey et Swarten sont libérés et s’installent dans leur ville respective. Le 9 septembre 1697, le couple se marie à l’église Notre-Dame de Québec. Ils iront s’installer à Montréal où les Sulpiciens leur concèdent une terre. John Lahey avait vu son nom anglicisé alors qu’il était toujours en Irlande. À sa naissance, il s’appelait Sean O’Lathaigh. En Nouvelle-France, il devient Jean Lahaie dit Hibernois (c’est-à-dire l’Irlandais). Le premier couple d’Irlandais à vivre en Nouvelle-France s’était donc marié à Québec.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

L’Empire State Building… de Québec

 

L’édifice Price de la rue Sainte-Anne peut se comparer à l’Empire State Building de Manhattan. En effet, à une moindre échelle, il s’agit d’un gratte-ciel, le premier et le seul du Vieux-Québec. Comme son cousin new-yorkais, il est de style Art-Déco. Il possède, lui aussi, une armature de poutres d’acier qui sont recouvertes de pierres calcaire. L’ESB possède également des élévations de briques et de ciment. Enfin, ils ont une certaine parenté visuelle. La comparaison s’arrête là. Alors que le géant de New York fait la fierté de la métropole américaine, la construction de l’édifice Price avait soulevé un tollé de protestations. On trouvait inadmissible la construction d’un gratte-ciel à l’intérieur de la ville fortifiée. Ce sont les architectes montréalais Ross et MacDonald qui l’avaient dessiné. Il avait été construit en moins d’un an, ce qui est quand même remarquable. Sa pierre angulaire avait été posée le 29 octobre 1929, le «Black Tuesday», le jour du déclenchement de la grande crise économique. Mauvais présage pour la compagnie Price Brothers qui a néanmoins fait mentir les devins les plus négatifs. Malgré tout, il s’est bien intégré à son environnement et aujourd’hui, il serait difficile de s’imaginer le Vieux-Québec sans son édifice Price.

27067205_1625951940799042_7697982982468733733_n

Photographie : L’édifice Price (J.F. Caron)

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

La pierre de 1815

 

Les habitués de la côte de la Montagne ont sans doute déjà remarqué, sur le mur de soutènement du parc Montmorency, en amont de la porte Prescott, une pierre millésimée «1815». Sa présence à cet endroit est plutôt mystérieuse et rien dans son environnement ne donne d’indice quant à sa signification. En fait, elle est en lien avec l’ancienne porte Prescott, celle d’origine. Celle-ci est construite en 1797 pour assurer le contrôle de la côte de la Montagne, lien principal entre les basse et haute-ville. Agrandie en 1854, elle est démolie en 1871. À l’origine, elle ne porte pas de nom. On parle de la porte de la côte de la Montagne ou de celle du Palais épiscopal. En 1796, Robert Prescott est nommé gouverneur général des Haut et Bas-Canada et commandant des troupes britanniques en Amérique du Nord. Il occupe ce poste jusqu’en 1807. Rentré en Angleterre, c’est là qu’il meurt en décembre 1815. Pour lui rendre hommage, on baptise alors de son nom la porte qu’il avait fait construire, la porte Prescott, et pour marquer l’événement, on appose une pierre portant le millésime de son décès au-dessus d’une embrasure à canon située du côté extérieur de la ville fortifiée. Lorsque la porte est démolie, on conserve cette pierre qu’on enchâsse dans le mur de soutènement de la côte, à l’endroit où se trouvait l’ancienne porte.

C’est grâce au sens de l’observation de Stéphane Lamontagne, de Parcs Canada, que le lien entre cette pierre et l’ancienne porte a pu être établi.
Lieu historique national des Fortifications-de-Québec

Photographie 1 : Mur de soutènement du parc Montmorency situé dans la côte de la Montagne avec sa pierre millésimée, Google StreetView.

26904081_1611388208922082_5914877921075758744_n

Photographie 2 : Pierre millésimée de «1815» (J.F. Caron).

26962406_1611388185588751_230527552866101544_o

Photographie 3 : Ancienne porte Prescott vers 1860, Archives de la Ville de Québec, CI-N010219.

26907860_1611388188922084_8080555069612535167_n

Photographie 4 : Détail de l’ancienne porte Prescott montrant la pierre.

26730872_1611388175588752_4786326991655799912_n

 

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec. 

Le cimetière des hérétiques

Dans ses livres sur «La ville de Québec sous le Régime français», Pierre Georges Roy raconte qu’au tournant du XXe siècle, lorsqu’on creusait pour faire des travaux quelconques à l’intérieur du quadrilatère formé par la côte du Palais, la rue Saint-Jean, la rue Saint-Stanislas et la falaise, il n’était pas rare de retrouver des squelettes humains. Pourtant, aucun cimetière ne s’est trouvé à cet endroit. En fait, sous le Régime français, l’Hôtel-Dieu accueillait tous les malades, peu importe leur religion. On accueillait souvent des huguenots, c’est-à-dire français protestants. Lorsque l’un d’eux venait à mourir, il ne pouvait être inhumé dans les terres bénites d’un cimetière catholique et il n’y avait pas à Québec de cimetière protestant. Les restes de ces hérétiques étaient donc inhumés dans le quadrilatère précédemment cité puisque ce terrain était la propriété de l’Hôtel-Dieu. Néanmoins, les registres de l’hôpital signalaient l’inhumation en précisant qu’on avait tout fait pour tenter de convertir le mourant, mais en vain.
25351933_1578502685543968_6051307182207563229_o
Iconographie : Plan de la ville de Québec, 1727, Chaussegros de Léry, BAnQ, 52327/2247085. La zone d’inhumation des hérétiques se trouve à l’intérieur de l’ovale rouge.
Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

Les carrières du Mont-Carmel

 

La rue des Carrières est tracée en 1689. Elle débute sa course à la place d’Armes et la termine à la rue Saint-Denis, après avoir traversé le Château Frontenac. Elle doit son nom aux carrières du Mont-Carmel. Exploitées au début de la colonie, elles étaient plutôt modestes. On y extrayait du schiste noir, la fameuse pierre noire du cap, qui s’y trouvait en abondance. Cette pierre se débite facilement, mais elle est de mauvaise qualité. C’est pourquoi elle ne devait pas être exposée aux éléments, sinon recouvertes d’un crépi. On l’utilisait donc généralement pour les fondations ou pour monter des murs de refend à intérieur. Sur le plan-relief Duberger, conservé et exposé au parc de l’Artillerie, on peut facilement y localiser l’une de ces carrières. Elle est située à l’extrémité sud de la rue des Carrières. Aujourd’hui, un œil averti peut la discerner dans le paysage. En effet, l’escalier qui conduit de la terrasse Dufferin à la rue Saint-Denis est appuyée sur sa paroi ouest.
Lieu historique national des Fortifications-de-Québec

24129839_1565237043537199_1124734144773823281_n

 

24291843_1565236990203871_6368533708581181532_o

Photographies 1 et 2 : Plan-relief Duberger. (Stéphane Lamontagne)

24273687_1565236983537205_7698388941520060889_o

Photographie 3 : Emplacement de la carrière en 2015. (Google Street View)

24273732_1565236993537204_2289350651710967743_o

Iconographie : Emplacement de la carrière du mont Carmel située au sud du château Saint-Louis, carte de Villeneuve, 1685.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

Le pont de l’Aqueduc

 

Dans l’arrondissement La Cité-Limoilou, la rivière Saint-Charles est enjambée par six ponts (Joseph-Samson, Dorchester, Drouin, Lavigueur, Marie-de-l’Incarnation et Scott), un pont ferroviaire et deux viaducs d’autoroute (Dufferin-Montmorency et Laurentien). Depuis peu, il existe la passerelle piétonne des Trois-Sœurs. Pourtant, il y a un autre lien, un peu moins connu étant est réservé aux piétons et aux cyclistes, mais dont la raison d’être est avant tout le passage de l’eau. Il s’agit du pont de l’Aqueduc. Il est situé dans la continuité de la rue de Verdun. Lorsqu’au début des années 1850 on construit l’aqueduc, le tuyau d’amenée doit passer sous la rivière Saint-Charles, avant d’atteindre le quartier Saint-Sauveur et monter en haute-ville. Toutefois, il est très difficile de la réparer lorsque apparaît une fuite à cet endroit. En 1873, on lui fait donc traverser la rivière, accroché à un pont de bois. Toutefois, dès 1876, on se rend compte de la fragilité de ce dernier alors que son pilier central est emporté par les glaces printanières. C’est pourquoi, en 1883, on construit un nouveau pont tubulaire d’acier. Il est inauguré en janvier 1885. C’est ce pont qui est toujours en place aujourd’hui et qui permet à l’eau du lac Saint-Charles de se rendre jusqu’au réservoir des plaines d’Abraham sans encombre.

23331505_1543880699006167_6552377208789006304_o

Photographie : Le pont de l’Aqueduc au XIXe siècle, Archives de la Ville de Québec.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

La côte de la Montagne

 

Une des plus anciennes rues de Québec et de la Nouvelle-France est la côte de la Montagne. Initialement un sentier, elle sera élargie plusieurs fois pour devenir une voie urbaine recouverte de pavées. Elle contourne l’ancien cimetière que se trouvait en contrebas de l’actuel parc Montmorency. Il a été une époque où une série de maisons bordaient son côté nord, le long du cimetière. En 1850, la côte est élargie au dépend de ces édifices qui sont démolis, dont celui de la Quebec Gazette. C’est cette configuration qui est toujours en place aujourd’hui. Il n’existe pas de photographie de la côte à cette époque, mais le plan-relief Duberger, exposé au parc de l’Artillerie, nous permet de voir à quoi elle ressemblait en 1808.

Lieu historique national des Fortifications-de-Québec

22861377_1534895296571374_2300852621628373819_o

Photographie : La côte de la Montagne, les édifices qui la bordaient sur son côté nord, l’ancien cimetière et le Palais épiscopal qui faisait alors office de parlement du Bas-Canada, plan-relief Duberger, 1806-1808, Parcs Canada (J.F. Caron).

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.