Archives pour la catégorie archives

octobre

Octobre au Septrentrion

Au Québec, cette année, on souligne abondamment le 50e anniversaire de la crise d’Octobre, « sur toutes les plateformes », comme on dit, incluant les bons vieux livres.

Septentrion apporte sa contribution à cette commémoration avec une nouvelle édition de la Chronique d’une insurrection appréhendée d’Éric Bédard, mais c’est aussi l’occasion de rappeler une couple de titres pertinents, dans les circonstances.

Pierre Laporte, doublement assassiné

L97828944869481Le premier ministre du Canada a rejeté l’idée de faire des excuses pour les décisions de son père en disant que « les évènements d’octobre 1970 ont été très difficiles pour bien des Québécois », mais qu’il faut « commencer par avoir une pensée pour la famille de Pierre Laporte ». Si l’esquive est un peu tordue, il demeure que, pour bon nombre de Québécois, Pierre Laporte est un otage sans visage, un « personnage secondaire », comme l’évoque le titre d’un documentaire sur James R. Cross.

Historien et politologue de formation, Jean-Charles Panneton a découvert ce personnage en travaillant sur Lapalme. Il en est résulté une « impeccable biographie politique » (Marc-André Robert) qui a permis de réhabiliter celui qui a été assassiné deux fois, la première par les felquistes, la seconde, par notre mémoire oublieuse.

Pierre Laporte a d’abord été un grand journaliste, principalement au Devoir, où il mène un valeureux combat contre Duplessis, à une époque où la presse « file doux », généralement. En 1960, il publie Le vrai visage de Duplessis. Nationaliste engagé, il est aussi directeur de L’Action nationale à la fin des années 1950, ce qui ne l’empêchera pas, quelques années plus tard, d’appuyer la candidature de Trudeau à la direction du Parti libéral du Canada et le « bill 63 » … En 1961, il est élu député libéral, accède au cabinet Lesage et devient, un peu plus tard, le premier « leader parlementaire du gouvernement ». Quand son chef quitte la direction du parti, Laporte tente sa chance, mais il est devancé par Robert Bourassa qui lui conservera une place dans son cabinet en 1970 à titre de ministre du Travail et de la Main-d’œuvre; la cellule Chénier en fera le « ministre du Chômage et de l’Assimilation » dans le communiqué annonçant sa mort. On apprendra ensuite que Laporte aurait eu des liens avec la mafia, mais Panneton rappelle qu’il a été lavé de tout soupçon par une commission d’enquête en 1974.

Octobre et les jeunes

L97828979119421Historien et professeur à l’Université TÉLUQ, Éric Bédard nous présente une nouvelle édition de sa Chronique d’une insurrection appréhendée publiée la première fois en 1998 et enrichie de nouveaux documents sur les arrestations de l’automne 1970. En effet, le hasard a voulu que l’auteur mette récemment la main sur un dossier ayant appartenu à un substitut du Procureur général et contenant notamment une liste de 264 personnes arrêtées (avec adresses et dates de naissance) et divers relevés établissant à 429 le nombre des arrestations au plus fort de la crise (4 novembre 1970).

Le sous-titre, « Jeunesse et crise d’Octobre », précise l’intention de l’auteur : il examinera la crise en s’intéressant principalement à la mobilisation des étudiants des universités montréalaises avant et pendant les événements d’Octobre 1970. Ce sont eux qui préoccupaient les autorités, comme en témoigne le ministre Gérard Pelletier : il craignait que des groupes d’extrémistes prennent la rue et provoquent des désordres qui auraient pu dégénérer en émeutes. Cette hantise de la jeunesse constituait le principal argument en faveur du recours à la Loi sur les mesures de guerre. Il fallait éviter que les campus deviennent « le terreau d’une force révolutionnaire », non pas en raison du nombre de « soldats », mais surtout à cause de leur imprévisibilité. Au tournant des années 1970, écrit Éric Bédard, « les autorités assimilent la jeunesse contestataire à une bête fauve capable de sauter à la gorge des forces publiques à la moindre provocation ».

Au terme de son étude, il doit conclure que la bête n’aurait pas dû faire peur. Les étudiants des campus anglophones ne semblent penser qu’à leur session; les francophones, un peu plus bruyants, n’ont pas de leaders pour diriger un soulèvement dans le sillage des actions felquistes et rentrent dans le rang après la mort de Laporte. Privés d’organisations solides, « la jeunesse étudiante ne représente pas du tout une menace à la sécurité nationale ». Et l’auteur avance une explication supplémentaire, plus culturelle : contrairement aux Français ou aux Américains, les Québécois n’ont pas de « tradition révolutionnaire positive ».

Quelle « insurrection appréhendée »?

L97828944868321Le premier ministre du Canada a déclaré le 7 octobre dernier que la Loi sur les mesures de guerre a été mise en vigueur parce qu’on était inquiet « de ces révolutionnaires qui voulaient renverser le gouvernement »… Il est vraiment temps qu’il lise Trudeau et ses mesures de guerre, version française de Pierre Trudeau’s Darkest Hour, War Measures 1970 (que Baraka Books vient de rééditer).

Dans cette anthologie compilée et commentée par les politicologues Guy Bouthillier et Édouard Cloutier, des Canadiens anglais – leaders politiques, penseurs, journalistes et écrivains –, relatent comment le père de notre premier ministre et son gouvernement ont invoqué faussement une « insurrection appréhendée » pour « justifier » le recours à la Loi sur les mesures de guerre en temps de paix, une première dans notre histoire.

Quelques titres donnent un idée de l’ensemble :

+ Desmond Morton (historien militaire) : « Ce n’est pas aux terroristes du FLQ que s’intéressait Trudeau »;

+ Don Jamieson (ministre des Transports): « Nous n’avions pas d’arguments convaincants »;

+ Reg Whitaker (politicologue à York): « La GRC se serait opposée aux mesures de guerre si on lui avait demandé son avis ;

+ Eric Kierans (ministre des Postes): « Un acte de foi aveugle ».

Le témoignage de Peter C. Newman, alors rédacteur en chef du Toronto Star, est particulièrement éloquent. Comme le résument Bouthillier et Cloutier, « Newman décrit soigneusement comment il a été manipulé pour servir de conduit par lequel la “nouvelle” du complot a été plantée au plus haut niveau dans le circuit journalistique canadien. C’est d’abord Lalonde […] qui lui a révélé cette conspiration en affirmant qu’il s’agissait d’une “vérité” qu’il avait pour “devoir patriotique de disséminer”. Puis Trudeau […] lui a confirmé, grandement exaspéré par le scepticisme de Newman, la “vérité” selon laquelle “le complot pour renverser le gouvernement est bien réel” ».

Et le Toronto Star en a fait un scoop…

« Ainsi naquit, a écrit Newman, le “mensonge méticuleusement concocté” […] selon lequel il existait une “conspiration” d’éminents Québécois […] qui s’apprêtaient à former un “gouvernement provisoire parallèle” qui remplacerait le gouvernement dûment élu de robert Bourassa par un “régime révolutionnaire”. »

***

Parle-t-on trop d’Octobre, comme l’a avancé récemment un sociologue? Allons donc! On ne parlera jamais assez d’histoire. Surtout quand il s’agit de débusquer ce qu’on essaie de nous cacher.

De part et d’autre.

***
Gaston Deschênes, conseiller éditorial au Septentrion

167710_193215970688559_7081432_n

COVID-19

C’est sans grande surprise, mais avec beaucoup de tristesse, que l’équipe du Septentrion doit suspendre la parution de ses prochains titres, et ce, jusqu’à nouvel ordre. Avec la fermeture des bibliothèques, des librairies, de notre distributeur et des imprimeurs, il n’est plus possible pour nous de maintenir notre programme éditorial tel que prévu.

Nous aurons des décisions importantes à prendre dans les prochaines semaines et les prochains mois. Le retour à la normale se fera graduellement, et le calendrier des sorties pour les prochaines saisons s’en trouvera forcément chamboulé.

Toute notre équipe maintient ses activités en télétravail. En plus de continuer à préparer les livres à venir, nous travaillons sur différentes façons de vous communiquer le travail de nos autrices et de nos auteurs. Suivez-nous sur Facebook (www.fb.com/edseptentrion) et inscrivez-vous à notre infolettre (www.septentrion.qc.ca/infolettre) pour rester au courant de nos activités.

Nous vous rappelons aussi qu’une grande partie de notre catalogue est disponible en version numérique, sur toutes les plateformes de vente ainsi qu’en prêt dans les bibliothèques. Les livres imprimés sont encore disponibles sur les sites des librairies québécoises ainsi que sur notre propre site Internet.

Nous nous souhaitons, collectivement, de sortir grandis de cette crise et, en attendant, prenez soin de vous et de vos proches.

Gilles Herman
Directeur général

ÉDITÉ ET IMPRIMÉ AU QUÉBEC - NOIR

Édité et imprimé au Québec

Ce logo, créé à l’initiative des éditions du Septentrion,  rappelle que le livre s’inscrit dans le paysage économique et social du Québec. Il tient à souligner que l’entièreté du travail de l’ombre que constitue l’édition est assuré par des gens d’ici : lecture, édition, révision, graphisme et diffusion. L’impression est elle aussi faite au Québec, sur des papiers recyclés respectueux de l’environnement, afin de s’inscrire dans un cycle de transport le plus court possible vers les destinataires finaux : vous, lectrices et lecteurs.

ÉDITÉ ET IMPRIMÉ AU QUÉBEC - NOIR

Nous encourageons nos collègues à utiliser et à diffuser ce logo, ainsi qu’à réfléchir à leurs pratiques éditoriales.  « Édité et imprimé au Québec » est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Partage des Conditions Initiales à l’Identique 4.0 International.

Logos

Le [premier] monument à Wolfe et Montcalm

 

Cette aquarelle présente le paysage de la rue des Carrières vers la Citadelle. Le spectateur aperçoit à sa droite la partie supérieure des jardins du Gouverneur et l’obélisque dédié à Wolfe et à Montcalm. Inauguré le 8 septembre 1828 par le gouverneur Dalhousie, ce premier monument commémoratif érigé à Québec, selon les plans du capitaine Young du 79e régiment des Highlanders, rend hommage aux deux héros ennemis, morts au champ d’honneur en 1759: Wolfe, le 13 septembre, et Montcalm, le lendemain. Le monument est un obélisque d’une hauteur totale de 20,1 mètres. Du côté sud, on lit en gros caractères le nom WOLFE, et du côté nord, son adversaire MONTCALM. Du côté du fleuve, on y lit l’inscription suivante en latin, due à la plume de J. Charlton Fisher écuyer, L.L.D. En voici la traduction. «À tous deux, leur valeur donna la mort; l’histoire, la renommée; la postérité, un monument». Le monument sera démoli et un nouveau sera inauguré le 8 septembre 1869 selon les plans et spécifications de J.F. Rickson. Avec sa colonne quadrangulaire, son piédestal et son sarcophage, l’obélisque est formé de blocs rectangulaires de calcaire bouchardé de la formation de Deschambault provenant de Pointe-aux-Trembles. La superbe maison à trois étages et aux cheminées détachées des murs, qui se trouve à l’extrémité de la rue, fut construite en 1819-1820 pour Pierre-Édouard Desbarats par le maître-maçon John Phillips qui est aussi responsable de la maçonnerie du monument Wolfe-Montcalm. Aujourd’hui, le consulat des États-Unis en occupe le site. Les fenêtres qui bordent l’extrême droite de l’illustration sont celles de la résidence de Joseph-François Perrault, greffier de la paix. Sa maison, probablement érigée vers la fin des années 1820, est un bel exemple d’architecture néo-classique. Elle sera démolie en 1907 pour faire place à l’aile Mont-Carmel de l’hôtel Château Frontenac. Notons que la rue des Carrières a été tracée en 1689, et fut ainsi nommée parce qu’elle conduisait aux carrières du Mont-Carmel. (Marc Beaudoin)

29694527_1689804177747151_6899804833252646429_n

Photographie : Le monument à Wolfe et Montcalm, Québec, 1840, aquarelle et mine de plomb sur papier de Robert Frederick Mountain, collection MNBAQ.

Tiré du Calendrier des vues anciennes de Québec – Janvier 2003.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

Changement de garde chez notre distributeur Dimedia

Cela faisait maintenant quelques semaines que les rumeurs courraient, les diffusés étaient avertis depuis quelques temps, mais la nouvelle sort au grand jour : les éditions du Boréal et Québec-Amérique se portent acquéreurs de Dimedia.

Tout cela découle de décisions prises en France : Interforum a décidé de créer sa propre structure de diffusion au Québec, quittant ainsi Dimedia après une longue et fructueuse collaboration. Ce qui aurait pu être une catastrophe a été retourné en tremplin. La consolidation de la diffusion d’éditeurs culturels québécois au sein de la même organisation permettra de défendre un catalogue général extrêmement cohérent auprès des professionnels et du public.

Concrètement, pour les éditions du Septentrion et Hamac, qu’est-ce que ça change ? À court terme, absolument rien. Les équipes restent en place, la direction générale ne change pas, la structure est stabilisée. Et, dans les prochaines années, ce sera certainement l’occasion de développer de nouvelles stratégies pour permettre à nos livres d’atteindre plus efficacement leur lectorat.

D’ailleurs, pas plus tard que demain, nous rencontrons à Montréal libraires, bibliothécaires et journalistes dans le cadre de la « Journée Dimedia ». Mettons que le sujet de conversation du dîner est déjà trouvé !

167710_193215970688559_7081432_n

Photo : Une toute petite partie de l’entrepôt de Dimedia.

Les trésors du séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières

Le Devoir publie, ce 15 août 2018, un excellent article décrivant la richesse des archives du séminaire de Trois-Rivières.

En tant qu’éditeur, c’est un endroit que j’ai eu la chance de visiter à plusieurs reprises, guidé par l’historien Denis Vaugeois, qui, avec Jacques Lacoursière et l’archiviste Christian Lalancette, en connaît tous les recoins.

L97828944864501À tout seigneur tout honneur, il est tout de même étonnant de parler du fonds Hart sans mentionner le nom de Denis Vaugeois. Très tôt initié à cette immense masse documentaire par Mgr Albert Tessier, Vaugeois a fait ses classes d’histoire dans les papiers de la grande famille juive trifluvienne. Il en a résulté deux ouvrages, tout d’abord en 1968 Les Juifs et la Nouvelle-France (Boréal) et, bien plus tard en 2011, Les Premiers Juifs d’Amérique, fruit de ses longues recherches et de ses connaissances accumulées sur le sujet. On lui doit aussi plusieurs articles du Dictionnaire biographique du Canada.

Mais mon premier contact eut lieu lors de la recherche pour illustrer Deux voyages sur le Saint-Maurice, édité par Vaugeois. C’est dans les ouvrages conservés au séminaire que nous avons trouvé ce qu’il nous fallait. Il y eut aussi une mémorable remontée du Saint-Maurice jusqu’aux Grandes-Piles, mais ça c’est une autre histoire.COUV

J’ai eu le privilège de rencontrer celui qui était encore le supérieur du séminaire Saint-Joseph, l’abbé Jean Panneton. Issu d’une grande famille de la région, le pétillant et cabotin personnage animait déjà depuis de nombreuses années les murs ancestraux de l’édifice, incluant ceux des archives. Nous fûmes à chaque fois reçus comme des princes.

Cela donnera lieu, quelques années plus tard, à la publication de deux ouvrages, le premier sur Le diocèse de Trois-Rivières et le second plus directement sur Le séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières lui-même. Je me souviendrai longtemps de l’abbé nous recevant sur les marches du séminaire, à quelques heures du lancement de son livre. En voyant les nombreuses boîtes que nous avions à décharger du coffre de la voiture, il s’était engouffré dans le hall d’entrée et avait crié à tue-tête : «Qu’on aille chercher le diable!». Le sourire qui barrait son visage montrait qu’il était bien fier de son trait d’esprit.

Je vous invite à découvrir ces ouvrages, ces lieux et surtout ces personnages hors du commun!

Gilles Herman, éditeur

COUV     L97828944862831

 

Des Irlandais à Québec au XVIIe siècle

 

Le 5 août 1689, c’est le massacre de Lachine. Ce raid iroquois contre un important poste de traite français aurait été commandé par les Anglais de New York. En 1690, Frontenac lance trois expéditions de représailles contre autant de villages de la Nouvelle-Angleterre: Corlar, Salmon Falls et Casco (aujourd’hui Portland, Maine). On fait des prisonniers qu’on ramène au Canada. De Corlar, on ramène notamment à Montréal John Lahey originaire de Thurles, comté de Tipperary en Irlande. De Casco, on ramène à Québec l’épouse et les quatre enfants du lieutenant John Swarten tué lors de l’attaque, dont sa fille Marie-Madeleine. Celle-ci était née à Salem au Massachusetts, mais ses parents étaient Irlandais. Plus tard, Lahey et Swarten sont libérés et s’installent dans leur ville respective. Le 9 septembre 1697, le couple se marie à l’église Notre-Dame de Québec. Ils iront s’installer à Montréal où les Sulpiciens leur concèdent une terre. John Lahey avait vu son nom anglicisé alors qu’il était toujours en Irlande. À sa naissance, il s’appelait Sean O’Lathaigh. En Nouvelle-France, il devient Jean Lahaie dit Hibernois (c’est-à-dire l’Irlandais). Le premier couple d’Irlandais à vivre en Nouvelle-France s’était donc marié à Québec.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

L’Empire State Building… de Québec

 

L’édifice Price de la rue Sainte-Anne peut se comparer à l’Empire State Building de Manhattan. En effet, à une moindre échelle, il s’agit d’un gratte-ciel, le premier et le seul du Vieux-Québec. Comme son cousin new-yorkais, il est de style Art-Déco. Il possède, lui aussi, une armature de poutres d’acier qui sont recouvertes de pierres calcaire. L’ESB possède également des élévations de briques et de ciment. Enfin, ils ont une certaine parenté visuelle. La comparaison s’arrête là. Alors que le géant de New York fait la fierté de la métropole américaine, la construction de l’édifice Price avait soulevé un tollé de protestations. On trouvait inadmissible la construction d’un gratte-ciel à l’intérieur de la ville fortifiée. Ce sont les architectes montréalais Ross et MacDonald qui l’avaient dessiné. Il avait été construit en moins d’un an, ce qui est quand même remarquable. Sa pierre angulaire avait été posée le 29 octobre 1929, le «Black Tuesday», le jour du déclenchement de la grande crise économique. Mauvais présage pour la compagnie Price Brothers qui a néanmoins fait mentir les devins les plus négatifs. Malgré tout, il s’est bien intégré à son environnement et aujourd’hui, il serait difficile de s’imaginer le Vieux-Québec sans son édifice Price.

27067205_1625951940799042_7697982982468733733_n

Photographie : L’édifice Price (J.F. Caron)

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

La pierre de 1815

 

Les habitués de la côte de la Montagne ont sans doute déjà remarqué, sur le mur de soutènement du parc Montmorency, en amont de la porte Prescott, une pierre millésimée «1815». Sa présence à cet endroit est plutôt mystérieuse et rien dans son environnement ne donne d’indice quant à sa signification. En fait, elle est en lien avec l’ancienne porte Prescott, celle d’origine. Celle-ci est construite en 1797 pour assurer le contrôle de la côte de la Montagne, lien principal entre les basse et haute-ville. Agrandie en 1854, elle est démolie en 1871. À l’origine, elle ne porte pas de nom. On parle de la porte de la côte de la Montagne ou de celle du Palais épiscopal. En 1796, Robert Prescott est nommé gouverneur général des Haut et Bas-Canada et commandant des troupes britanniques en Amérique du Nord. Il occupe ce poste jusqu’en 1807. Rentré en Angleterre, c’est là qu’il meurt en décembre 1815. Pour lui rendre hommage, on baptise alors de son nom la porte qu’il avait fait construire, la porte Prescott, et pour marquer l’événement, on appose une pierre portant le millésime de son décès au-dessus d’une embrasure à canon située du côté extérieur de la ville fortifiée. Lorsque la porte est démolie, on conserve cette pierre qu’on enchâsse dans le mur de soutènement de la côte, à l’endroit où se trouvait l’ancienne porte.

C’est grâce au sens de l’observation de Stéphane Lamontagne, de Parcs Canada, que le lien entre cette pierre et l’ancienne porte a pu être établi.
Lieu historique national des Fortifications-de-Québec

Photographie 1 : Mur de soutènement du parc Montmorency situé dans la côte de la Montagne avec sa pierre millésimée, Google StreetView.

26904081_1611388208922082_5914877921075758744_n

Photographie 2 : Pierre millésimée de «1815» (J.F. Caron).

26962406_1611388185588751_230527552866101544_o

Photographie 3 : Ancienne porte Prescott vers 1860, Archives de la Ville de Québec, CI-N010219.

26907860_1611388188922084_8080555069612535167_n

Photographie 4 : Détail de l’ancienne porte Prescott montrant la pierre.

26730872_1611388175588752_4786326991655799912_n

 

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec. 

Le cimetière des hérétiques

Dans ses livres sur «La ville de Québec sous le Régime français», Pierre Georges Roy raconte qu’au tournant du XXe siècle, lorsqu’on creusait pour faire des travaux quelconques à l’intérieur du quadrilatère formé par la côte du Palais, la rue Saint-Jean, la rue Saint-Stanislas et la falaise, il n’était pas rare de retrouver des squelettes humains. Pourtant, aucun cimetière ne s’est trouvé à cet endroit. En fait, sous le Régime français, l’Hôtel-Dieu accueillait tous les malades, peu importe leur religion. On accueillait souvent des huguenots, c’est-à-dire français protestants. Lorsque l’un d’eux venait à mourir, il ne pouvait être inhumé dans les terres bénites d’un cimetière catholique et il n’y avait pas à Québec de cimetière protestant. Les restes de ces hérétiques étaient donc inhumés dans le quadrilatère précédemment cité puisque ce terrain était la propriété de l’Hôtel-Dieu. Néanmoins, les registres de l’hôpital signalaient l’inhumation en précisant qu’on avait tout fait pour tenter de convertir le mourant, mais en vain.
25351933_1578502685543968_6051307182207563229_o
Iconographie : Plan de la ville de Québec, 1727, Chaussegros de Léry, BAnQ, 52327/2247085. La zone d’inhumation des hérétiques se trouve à l’intérieur de l’ovale rouge.
Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.