Archives pour la catégorie Actualité

Les premières limites de la ville

 

C’est en décembre 1791 que l’Acte constitutionnel est promulgué. Québec devient alors la capitale du Bas-Canada. En juin et juillet 1792 auront lieu les premières élections. Préalablement, le 7 mai 1792, il y a 225 ans aujourd’hui, le lieutenant-gouverneur Alured Clarke fixe les limites de 21 circonscriptions électorales. À Québec, il crée les circonscriptions de la Basse-Ville et de la Haute-Ville. Ce faisant, il détermine les limites de la ville elle-même. Au sud, à l’est et au nord, on retrouve des limites naturelles, soit le fleuve Saint-Laurent et la rivière Saint-Charles. À l’ouest, on trace une ligne droite à partir de l’Hôpital Général, en bordure de la rivière, et ce, jusqu’au fleuve, de l’autre côté du plateau. Cette ligne suit l’axe de la rue Saint-Ours, aujourd’hui le boulevard Langelier. À la haute-ville, cette ligne passe en diagonal entre les actuelles avenues De Salaberry et Cartier. Depuis ce temps, la ville de Québec s’est étendue vers l’ouest. Néanmoins, encore de nos jours, on retrouve toujours des reliquats de cette ancienne limite. Ainsi, le boulevard Langelier et l’avenue De Salaberry divisent la ville entre l’est, l’ancienne ville, et l’ouest, son extension plus récente.

18222323_1371125282948377_4643794672654904890_n

Illustration : Carte tirée de «Atlas of the city and county of Quebec from actual surveys, based upon the cadastral plans deposited in the office of the Department of Crown Lands» de H.W. Hopkins, 1879, BAnQ, G,1144,Q4G475,H6,1879 CAR.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

Salon international du livre de Québec 2017

 

Plusieurs de nos auteurs seront présents au Salon international du livre de Québec cette année. Ils se feront un plaisir de signer vos exemplaires ou simplement d’échanger avec vous ! Voici l’horaire du Septentrion (stand 157):

MERCREDI 5 AVRIL

Animation avec Alain Asselin et Jacques Mathieu (Curieuses histoires de plantes du Canada) à 16h sur la Scène Radio-Canada.

Animation avec Jacques Mathieu (La Vie méconnue de Louis Hébert et Marie Rollet) à 17h sur la Scène Radio-Canada.

Animation avec Martin Fournier (Les Aventures de Radisson) à 17h15 sur la Scène Radio-Canada.

 

JEUDI 6 AVRIL

14h-15h : Dean Louder (Franco-Amérique NE)

18h30-19h30 : Jocelyn Saint-Pierre (La Tribune de la presse à Québec depuis 1960)

 

Animation avec Jean Cloutier et Jean-Pierre Charest (Les Bateaux-phares du Saint-Laurent) à 12h sur la Scène Radio-Canada.

Entrevue avec Martin Fournier (Les Aventures de Radisson) à 13h35 sur la scène des Rendez-vous littéraires.

Entrevue avec Dean Louder (Franco-Amérique NE) à 15h15 au stand du Septentrion.

 

VENDREDI 7 AVRIL

14h-15h : Alain Asselin, Jacques Cayouette et Jacques Mathieu (Curieuses histoires de plantes du Canada)

15h-16h : Jacques Mathieu et Alain Asselin (La Vie méconnue de Louis Hébert et Marie Rollet)

18h-19h : Martin Fournier (Les Aventures de Radisson)

18h30-19h30 : Alain Asselin, Jacques Cayouette et Jacques Mathieu (Curieuses histoires de plantes du Canada)

19h-20h : Jean Cloutier et Jean-Pierre Charest (Les Bateaux-phares du Saint-Laurent)

19h30-20h30 : Marjolaine Saint-Pierre (Louise Beaudet)

 

SAMEDI 8 AVRIL

10h-11h : Martin Fournier (Les Aventures de Radisson)

10h30-11h30 : Yvon Codère (Contes et mystères de la forêt NE)

11h-12h : Jean Cloutier et Jean-Pierre Charest (Les Bateaux-phares du Saint-Laurent)

11h30-12h30 : Marjolaine Saint-Pierre (Louise Beaudet)

13h30-14h30 : Jocelyn Saint-Pierre (La Tribune de la presse à Québec depuis 1960)

14h-15h : Nicolas Bertrand (Une école à la dérive)

14h30-15h30 : Yvon Codère (Contes et mystères de la forêt NE)

15h-16h : Alain Asselin, Jacques Cayouette et Jacques Mathieu (Curieuses histoires de plantes du Canada)

15h30-16h30 : Ginette Chenard (Le Sud des États-Unis)

16h-17h : Jacques Mathieu et Alain Asselin (La Vie méconnue de Louis Hébert et Marie Rollet)

19h-20h : Dean Louder (Franco-Amérique NE)

20h-21h : Éric Poirier (La Charte de la langue française)

 

Table ronde avec Nicolas Bertrand (Une école à la dérive) à 13h sur la Scène Radio-Canada.

Table ronde avec Ginette Chenard (Le Sud des États-Unis) à 14h30 sur la Scène des Rendez-vous littéraires.

Table ronde avec Éric Poirier (La Charte de la langue française) à 19h sur la Scène des Rendez-vous littéraires.

 

DIMANCHE 9 AVRIL

10h-11h : Martin Fournier (Les Aventures de Radisson)

10h30-11h30 : Ginette Chenard (Le Sud des États-Unis)

11h-12h : Yvon Codère (Contes et mystères de la forêt NE)

11h30-12h30 : Éric Waddell (Franco-Amérique NE)

13h-14h : Marjolaine Saint-Pierre (Louise Beaudet)

14h-15h : Jean Cloutier et Jean-Pierre Charest (Les Bateaux-phares du Saint-Laurent)

 

Table ronde avec Marjolaine Saint-Pierre (Louise Beaudet) à 11h sur la Scène Radio-Canada.

Le troisième lien

 

Depuis quelques mois, il a beaucoup été question dans l’actualité d’un troisième lien entre les deux rives de la capitale. Chacun a son plan. Pourtant l’idée n’est pas nouvelle. En effet, en 1968, la firme d’ingénieurs-conseils Jobin & Vandry proposait un plan autoroutier absolument démentiel pour une ville de moins d’un demi-million d’habitants et qui ne s’accroissait à peu près pas. Heureusement, seul l’autoroute Dufferin-Montmorency a été réalisée. On proposait alors l’autoroute de la Falaise qui aurait longé le versant nord sur Saint-Vallier, Arago et Charest, de l’ancien cinéma Odéon jusqu’à l’autoroute Duplessis. Le tunnel Dufferin aurait traversé la haute-ville, sous la terre, jusqu’au boulevard Champlain. L’autoroute Saint-Charles aurait traversé Limoilou, d’est en ouest, entre les autoroutes de la Capitale et de la Falaise. L’autoroute Laurentienne aurait continué sa course à travers Saint-Sauveur pour se déverser en haute-ville sur les avenues De Salaberry et Turnbull, et ce, grâce à des bretelles comme on en retrouve aujourd’hui sur Dufferin-Montmorency. Enfin, un pont, le fameux troisième lien, aurait rejoint l’autoroute Jean-Lesage (aut. 20) depuis la pointe à Carcy dans le vieux port. Et c’est sans compter plusieurs artères de la haute-ville qui auraient été transformées en grands boulevards urbains. Heureusement, ce cauchemar est demeuré un rêve.

14711049_1175193772541530_3179121090309859182_o

Pour les détails, voir :
http://www.quebecurbain.qc.ca/…/le-reseau-demesure-dautoro…/

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

Iconographie : Représentation partielle du rêve des ingénieurs Jobin et Vandry.

Les Plaines d’Abraham, 1759: où s’est réellement déroulée la bataille ?

Dans un excellent article http://www.journal.forces.gc.ca/vol16/no2/page69-fra.asp, Earl John Chapman et R. Paul Goodman des forces armées canadiennes apportent une explication à cette question dont, étonnamment, personne n’avait de réponse précise par L97828944858111le passé. Il faut dire que la ville de Québec a beaucoup changé depuis 1759 ! Et c’est avec l’aide d’un de nos auteurs, Stéfano Biondo, spécialiste en géoréférencement au Centre GéoStat de la Bibliothèque de l’Université Laval, qu’ils ont pu faire appel aux techniques modernes de géoréférencement. Un travail fascinant dont nous vous invitons à lire le détail pour en connaître les conclusions.

Ne manquez pas, au sujet de la bataille La Guerre de Sept Ansdes Plaines d’Abraham, l’excellent ouvrage de Jacques Lacoursière et Hélène Quimper, Québec – ville assiégée. Et pour savoir si cette bataille a été décisive, rien de mieux que de consulter La Guerre de Sept Ans, 1756-1763 d’Edmond Dziembowski.

Salon international du livre de Québec 2016

Plusieurs de nos auteurs seront présents au Salon international du livre de Québec cette année. Ils se feront un plaisir de signer vos exemplaires ou simplement d’échanger avec vous ! Voici l’horaire du Septentrion (stand 227):

Mercredi 13 avrilL97828944883621

15h45-16h05 : table ronde de Jean-Simon Gagné et Pascale Guéricolas à la Scène des Rendez-vous littéraires.

16h00-17h00 : signatures de Marcel Fournier.

16h00-16h20 : table ronde d’Alain Asselin et Jacques Mathieu à la Scène des Rendez-vous littéraires.

16h30-17h30 : signatures d’Alain Asselin et Jacques Mathieu.

17h00-18h00 : signatures de Jean-Simon Gagné et Pascale Guéricolas.

18h00-19h00 : signatures de Zoé Barry, Josselyn Guillarmou et William Grenier-Chalifoux.

18h30-19h30 : signatures de Marc Vallières.

19h00-20h00 : signatures d’Yvon Desloges.

Jeudi 14 avril

10h00-11h00 : signatures de Catherine Ferland.

11h00-11h20 : entrevue de Christian Blais et Gilles Gallichan avec Gisèle Gallichan sur la Scène-Radio-Canada.L97828944883241

13h30-13h45 : entrevue de Christian Blais avec Mathieu Bougie au stand du Septentrion.

17h30-18h30 : signatures de Zoé Barry, Josselyn Guillarmou et William Grenier-Chalifoux.

18h00-18h15 : entrevue de Jocelyn Saint-Pierre avec Paul-Raphaël Charron au stand du Septentrion.

18h00-19h00 : signatures de Joseph Gagné.

18h30-19h30 : signatures de Jean-Marie Lebel.

19h00-20h00 : signatures de Jocelyn Saint-Pierre.

19h30-20h30 : signatures d’Yvon Desloges.

Vendredi 15 avril

14h00-15h00 : signatures de Christian Blais.L97828944883171

18h30-19h30 : signatures de Joseph Gagné.

19h00-20h00 : signatures d’Alain Asselin, Jacques Cayouette et Jacques Mathieu.

19h30-20h30 : signatures de Jean-Simon Gagné et Pascale Guéricolas.

Samedi 16 avril

10h00-11h00 : signatures de Djemila Benhabib.

10h30-11h30 : signatures Catherine Ferland et Dave Corriveau.

13h00-13h15 : entrevue de Djemila Benhabib avec René Bolduc à l’entrée du Salon pour l’émission Les bouquins d’abord.

14h00-15h00 : signatures de Jean-Marie Lebel et Geneviève Désy.

14h30-15h30 : signatures d’Alain Asselin, Jacques Cayouette et Jacques Mathieu.

14h30-15h25 : table ronde de Djemila Benhabib à la Scène des Rendez-vous littéraires.

15h00-16h00 : signatures de Joseph Gagné.L97828944885391

15h30-16h30 : signatures de Djemila Benhabib.

16h00-17h30 : signatures de Denis Vaugeois.

18h30-19h25 : table ronde de Jocelyn Saint-Pierre à la Scène des Rendez-vous littéraires.

19h00-20h00 : signatures de Jean-Simon Gagné et Pascale Guéricolas.

19h30-20h30 : signatures de Jocelyn St-Pierre.

Dimanche 17 avril

10h00-11h00 : signatures de Marc Vallières.L97828944885841-1

13h30-13h50 : table ronde d’Yvon Desloges sur la Scène des Rendez-vous littéraires.

14h00-15h00 : signatures d’Yvon Desloges.

14h30-15h30 : signatures de Jocelyn Saint-Pierre.

15h00-16h00 : signatures de Jean-Marie Lebel et Geneviève Désy.

15h30-16h30 : signatures de Catherine Ferland et Dave Corriveau.

Le vrai défi de Marguerite Blais

La décision de madame Blais de quitter la politique me désole. Elle fait une erreur. Il y a urgence d’expliquer aux députés ce qu’on attend d’eux. Le premier ministre pourrait trouver là l’occasion d’amorcer une vraie réforme parlementaire. Il est certain que ses proches conseillers tenteraient de l’en dissuader, tout en convenant en leur for intérieur que tôt ou tard, il faudra rendre au parlement et aux parlementaires le rôle qui leur revient.

Madame Blais souhaite des défis. Comme députée, elle a l’embarras du choix, mais il y aurait possiblement un prix à payer. Outre les « défis » inévitables que pose chaque comté, il y a les innombrables questions qui peuvent faire l’objet de mandats d’initiative. Or, les plus intéressants sont rarement, c’est-à-dire jamais, autorisés par le bureau du premier ministre, quel qu’il soit.

Récemment, Patrick Lagacé expliquait pourquoi il ne serait pas candidat. Il ne veut pas devenir une plante verte. Les exemples ne manquent pas pour justifier pareille opinion.

Un député qui ose s’affirmer et s’interroger à haute voix sur les mérites d’un élément, même mineur, de la ligne de parti ou d’une orientation prise par le bureau du premier ministre prend place parmi les indésirables.

Sous le leadership de madame Marois, le dossier de l’amphithéâtre a fourni un triste exemple qui sera lourd de conséquences. Cette fois, les députés récalcitrants feront les manchettes, mais la plupart du temps les différends restent secrets. Ainsi on n’entendra jamais parler du refus d’autoriser une commission parlementaire sur un sujet que des députés souhaitent étudier en toute liberté et avec les moyens appropriés.

Un jour, les députés ont élu leur président au vote secret. Le premier ministre d’alors avait avalé de travers. Et pourtant, en vertu de quelle règle le premier ministre peut-il se croire autorisé à se prononcer sur le choix de la personne qui dirige l’institution chargée de surveiller l’exécutif ?

Madame Blais veut un défi ? Qu’elle regroupe quelques députés autour de l’idée d’instaurer le vote secret. Évidemment, ce serait autant de députés sacrifiés sur l’autel de la démocratie ou encore recrutés parmi ceux et celles qui n’attendent aucune promotion. À la réflexion, je crois que ce n’est pas une bonne idée. Trop, c’est trop. Un de ces jours, une telle proposition pourrait plutôt être présentée par la présidence et soumise précisément à un vote secret.

J’ai quand même deux sujets possibles à suggérer : la pertinence de maintenir une allocation de départ quand un député démissionnaire a droit à sa pension (surtout d’examiner la pertinence des mots « prime de départ » ou « salaire différé ») ou encore qu’une commission parlementaire se penche sur « l’affaire Michaud ». Après 15 ans, n’est-il pas temps de faire la lumière, quitte à devoir passer aux excuses. Madame Blais a une image qui donnerait du sérieux à semblable démarche, sans compter que les moments difficiles vécus ces derniers temps la rendent encore plus sensible à l’injustice.

Les parlements ont besoin d’élu(e)s sans autre ambition que celle de servir. Là est le vrai défi.

La dernière GRANDE Fête nationale ?

Sophie Imbeault, historienne, et Gilles Herman, éditeur, font partie des signataires de cette lettre de soutien à la Fête nationale du Québec. La liste complète des signataires peut être consultée au www.derniereGRANDEfete.quebec.

+++

Dernière grande fête ?

Nous constatons que la Fête nationale du Québec telle que nous l’avons connue est en péril : des coupes de 20 % infligées au budget d’organisation des célébrations par le gouvernement du Québec font craindre qu’on assiste en 2015 à la toute dernière GRANDE Fête nationale digne de ce nom.

Depuis 181 ans, la Fête nationale est une occasion unique de réunir les Québécois de toutes les régions autour d’un sentiment d’appartenance et de fierté légitimes, peu importe leurs allégeances politiques. Occasion de magnifiques rendez-vous avec l’histoire et la culture ou plus simplement de rencontrer ses voisins aux portes de l’été, la Fête met en contact la population avec les créateurs de chez nous, tant aux événements de grande envergure qu’aux fêtes de village. La Fête nationale du Québec est en somme l’occasion de démontrer au monde l’existence même du Québec et la diversité culturelle qui le caractérise.

Affaiblir la Fête nationale diminue assurément notre sentiment d’appartenance, notre solidarité citoyenne, notre confiance envers les institutions, notre fierté collective et, par conséquent, notre capacité à intégrer les nouveaux Québécois avec confiance et ouverture.

Pour notre part, conjointement avec le Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ), nous avons la conviction que la Fête nationale du Québec mérite de recevoir une attention digne de ce nom et d’être financée adéquatement à la hauteur de son importance. Investir dans notre Fête nationale contribue directement à notre cohésion sociale et culturelle, en plus de générer des retombées économiques essentielles pour des milliers d’animateurs culturels et d’artistes de la relève. La Fête donne ainsi accès aux Québécois à plus de 5000 activités sur 700 sites partout au Québec, et ce, soulignons-le, gratuitement. La population québécoise est attachée à sa Fête nationale et reconnaît son caractère rassembleur : 92 % des Québécois considèrent qu’elle est une réussite, et plus des trois quarts de la population la perçoivent comme une commémoration s’adressant à toute la population, sans discernement partisan.

En conséquence, les signataires de cette lettre demandent à ce que les Québécoises et les Québécois puissent célébrer dignement leur Fête nationale et déplorent que les substantielles coupes budgétaires subies en 2015 risquent de la reléguer au rang d’événement de seconde importance, égaré parmi d’autres dans la saison des festivals. Ils implorent également les acteurs de la société civile et les dirigeants des sociétés d’État et de l’entreprise privée à s’investir dans cette grande célébration.

Nous convions aussi la population à réfléchir au rôle unificateur que doit jouer une fête nationale afin de nourrir ce sentiment de fierté et de solidarité qui nous permettent de nous ouvrir au monde et de garder foi en l’avenir. Quant au gouvernement du Québec, à qui il incombe d’assurer la vitalité de notre communauté nationale et la confiance envers nos institutions, nous le sommons de prendre acte de la détermination des soussignés à ce que notre État national s’engage à préserver le caractère unique, civique et non mercantile de notre Fête nationale. Cinquante sous par année, par citoyen, ne nous paraît pas être une dépense extravagante afin de contribuer à la cohésion sociale et la fierté nationale d’un peuple par une commémoration festive et inclusive.

+++

Le traité de Paris de 1763 en quelques livres

Il est difficile d’exprimer l’excitation qui règne ces jours-ci dans les bureaux du Septentrion à l’approche de l’ouverture de l’exposition Rares et précieux du musée de la civilisation consacrée cette année au traité de Paris de 1763.

Ce document, dont l’article 4 pave la voie à une paix européenne, est avant tout pour nous celui qui cède définitivement le Canada à la Grande-Bretagne. Il était malgré tout assez mal connu : que contiennent les 26 autres articles ? Quelle est l’envergure réelle de la guerre de Sept ans ?

Nous avons donc réalisé un fascicule numérique gratuit présentant brièvement ledit traité.

L97828944880891

Ces dernières années, nous avons donc publié plusieurs livres autour de ce sujet, pour en savoir plus sur le traité lui-même ou sur ses impacts en Amérique mais aussi en Europe. Comment les Canadiens ont-ils vécu la guerre de la Conquête ? Pourquoi Louis XV a-t-il fini par céder le Canada ? Quelle place auront désormais les Amérindiens sur le continent ? Et les Acadiens, plusieurs fois malmenés ? Se pourrait-il que la France vive son âge d’or colonial après avoir cédé le Canada ?

L97828944875701  L97828944870371

L97828944875491  L97828944876241

L97828944872351  L97828944879211

L97828944864671  L97828944874571

Layout 1 (Page 1)

Septentrion récolte son lot de prix

Ces dernières semaines, cinq titres du Septentrion se sont retrouvés au palmarès d’autant de prix importants remis en sciences humaines. Trois d’entre eux ont remporté la palme, tandis que les autres ont fait bonne figure comme finalistes.

Nos lauréats

Le prix Hubert-Reeves 2014

L’Apparition du Nord selon Gérard Mercator de Louis-Edmond Hamelin, Stéfano Biondo et Joë Bouchard s’est mérité le prix Hubert-Reeves dans la catégorie adulte.

Le prix Hubert-Reeves a été créé par l’ACS dans le but de stimuler la production de livres de vulgarisation scientifique en français, et de promouvoir une culture scientifique de qualité au Canada.

Prix du Canada 2014

Les Chemises bleues. Adrien Arcand, journaliste antisémite canadien-français de Hugues Théorêt s’est, quant à lui, mérité le Prix du Canada en sciences sociales.

Les Prix du Canada sont attribués chaque année aux meilleurs ouvrages d’érudition en sciences humaines et sociales ayant bénéficié du soutien financier du Prix d’auteurs pour l’édition savante. Les prix consacrent des publications qui ont apporté une contribution exceptionnelle à la recherche, sont rédigées de façon engageante et enrichissent la vie sociale, culturelle et intellectuelle du Canada.

Le Prix Clio

L’Exode québécois 1852-1925. Correspondance d’une famille dispersée en Amérique de Mario Mimeault a remporté le prix Clio pour le volet Québec.

La Société historique du Canada décerne ses prix Clio aux meilleurs livres en histoire régionale, ainsi qu’aux individus ou aux sociétés historiques qui ont fait des contributions importantes à l’histoire locale et régionale.

Nos finalistes

Prix du livre politique 2014

Deux de nos titres se sont retrouvés finalistes au Prix du livre politique dans la catégorie Prix de la Présidence de l’Assemblée nationale. Il s’agit de Hydro-Québec et l’État québécois 1944-2005 de Stéphane Savard et Histoire du Parti libéral du Québec. La nébuleuse politique 1867-1960 de Michel Lévesque. Tous les deux se sont mérités une bourse de 1500 $.

Prix Sir-John-A.-Macdonald

Hydro-Québec et l’État québécois 1944-2005 de Stéphane Savard s’est également retrouvé sur la courte liste du prix Sir-John-A.-Macdonald. Ce prix est accordé annuellement au meilleur livre savant en histoire canadienne et le lauréat reçoit également le prix du Gouverneur général pour la recherche savante. Fait à noter, des cinq finalistes, il s’agissait du seul ouvrage en français, les autres étant en anglais.

Les éditions du Septentrion tiennent à féliciter chaleureusement messieurs Hamelin, Biondo, Bouchard, Théorêt, Mimeault, Savard et Lévesque pour cette reconnaissance provenant de leurs pairs.

L'Apparition du Nord L97828944871361

L97828944871291 L97828944875631 L97828944872971

La série Iroquoisie est de retour !

Avec courage et lucidité, Léo-Paul Desrosiers fait revivre, au fil des pages, de façon minutieuse, l’épopée des nouveaux arrivants. Et aussi celle de peuples méconnus. L’Indien cruel côtoie, sous sa plume flegmatique et précise, l’Indien qui lutte aussi pour sa survie. Rien n’est laissé au hasard. Le moindre geste, le moindre fait est noté, rapporté, analysé, remis dans son contexte. Il en ressort une chronique qui tient du roman. Le roman de la Nouvelle-France !

Après avoir été journaliste au Devoir et fonctionnaire à Ottawa, Léo-Paul Desrosiers (1896-1967) fut directeur de la Bibliothèque municipale de Montréal. Écrivain prolifique, il a laissé de nombreux romans, plusieurs nouvelles, quelques essais et un nombre considérable d’articles. Son oeuvre principale restait en bonne partie inédite. Seules les 350 premières pages d’un manuscrit d’environ 2000 pages avaient été publiées. Plus de 30 ans après sa mort, son grand projet se réalise avec la parution en quatre tomes de l’Iroquoisie (1534-1701).

 

Iroquoisie 1  Iroquoisie 2

Iroquoisie 3  Iroquoisie 4