Le pont de l’Aqueduc

 

Dans l’arrondissement La Cité-Limoilou, la rivière Saint-Charles est enjambée par six ponts (Joseph-Samson, Dorchester, Drouin, Lavigueur, Marie-de-l’Incarnation et Scott), un pont ferroviaire et deux viaducs d’autoroute (Dufferin-Montmorency et Laurentien). Depuis peu, il existe la passerelle piétonne des Trois-Sœurs. Pourtant, il y a un autre lien, un peu moins connu étant est réservé aux piétons et aux cyclistes, mais dont la raison d’être est avant tout le passage de l’eau. Il s’agit du pont de l’Aqueduc. Il est situé dans la continuité de la rue de Verdun. Lorsqu’au début des années 1850 on construit l’aqueduc, le tuyau d’amenée doit passer sous la rivière Saint-Charles, avant d’atteindre le quartier Saint-Sauveur et monter en haute-ville. Toutefois, il est très difficile de la réparer lorsque apparaît une fuite à cet endroit. En 1873, on lui fait donc traverser la rivière, accroché à un pont de bois. Toutefois, dès 1876, on se rend compte de la fragilité de ce dernier alors que son pilier central est emporté par les glaces printanières. C’est pourquoi, en 1883, on construit un nouveau pont tubulaire d’acier. Il est inauguré en janvier 1885. C’est ce pont qui est toujours en place aujourd’hui et qui permet à l’eau du lac Saint-Charles de se rendre jusqu’au réservoir des plaines d’Abraham sans encombre.

23331505_1543880699006167_6552377208789006304_o

Photographie : Le pont de l’Aqueduc au XIXe siècle, Archives de la Ville de Québec.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

La côte de la Montagne

 

Une des plus anciennes rues de Québec et de la Nouvelle-France est la côte de la Montagne. Initialement un sentier, elle sera élargie plusieurs fois pour devenir une voie urbaine recouverte de pavées. Elle contourne l’ancien cimetière que se trouvait en contrebas de l’actuel parc Montmorency. Il a été une époque où une série de maisons bordaient son côté nord, le long du cimetière. En 1850, la côte est élargie au dépend de ces édifices qui sont démolis, dont celui de la Quebec Gazette. C’est cette configuration qui est toujours en place aujourd’hui. Il n’existe pas de photographie de la côte à cette époque, mais le plan-relief Duberger, exposé au parc de l’Artillerie, nous permet de voir à quoi elle ressemblait en 1808.

Lieu historique national des Fortifications-de-Québec

22861377_1534895296571374_2300852621628373819_o

Photographie : La côte de la Montagne, les édifices qui la bordaient sur son côté nord, l’ancien cimetière et le Palais épiscopal qui faisait alors office de parlement du Bas-Canada, plan-relief Duberger, 1806-1808, Parcs Canada (J.F. Caron).

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

Le théâtre Saint-Louis

 

Le 12 juin 1846, Québec était témoin d’une catastrophe. Le théâtre Saint-Louis présentait alors un diorama. Il s’agissait d’un spectacle dans lequel des tableaux en deux dimensions prenaient vie par des jeux de lumières. Dans le spectacle de Québec, on présentait de grandes villes et monuments européens ainsi que des événements historiques et bibliques. Le soir de la dernière représentation, durant l’hymne national interprété à la fin du spectacle, une lampe se décroche du plafond et met le feu au rideau. Dans la panique, les spectateurs se piétinent dans le seul escalier menant à la sortie dont la porte est fermée à clé. Des 300 spectateurs, 45 y laissent leur vie; parmi les victimes se trouvent plusieurs enfants et adolescents.

Le théâtre Saint-Louis était situé en bordure de l’actuel monument de l’Unesco, entre le Château Frontenac et l’édifice Louis-S.-St-Laurent (ancien Hôtel des postes de la haute-ville). Cet édifice de pierres avait été construit en 1808 pour loger le «Riding House» (un manège pour chevaux). Il faisait partie du complexe fortifié du château Saint-Louis. En bordure de la rue du Fort se trouvaient également une sellerie, une écurie et un hangar à voitures. En 1839, le manège était transformé en théâtre. Les issues n’étaient donc pas conçues pour évacuer une foule, d’où la catastrophe. Il est même étonnant qu’il n’y ait pas eu davantage de victimes. Sur la gravure, le bâtiment situé à gauche de l’édifice en feu est l’Hôtel Saint-George occupé aujourd’hui par l’Office de tourisme de Québec, sur la rue Sainte-Anne.

22384109_1521130744614496_4360763735386703464_o

Iconographie : Illustrated London News, 18 juin 1846.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

Horaire du Salon du livre de Montréal 2017

C’est notre rendez-vous de l’année à Montréal, du 15 au 20 novembre 2017, Place Bonaventure. Voici la liste des signatures.

Mercredi 15

19h-20h : Luc-Normand Tellier, L’Émergence de Montréal dans le système urbain nord-américain.

Jeudi 16

15h30-16h30 : René Morin, La Construction du droit des Autochtones par la Cour suprême du Canada.

18h30-19h30 : Société historique des Filles du Roy, Les Filles du Roy pionnières de Montréal.

Vendredi 17

13h30-14h30 : Gaston Deschênes, Les Gens de Montréal à l’époque de la confédération.

14h-15h : René Morin, La Construction du droit des Autochtones par la Cour suprême du Canada.

18h30-19h30 : Marjolaine Saint-Pierre, Louise Beaudet.

18h-19h : Jacques Mathieu, La Vie méconnue de Louis-Hébert et Marie Rollet.

19h30-20h30 : Jean Lamarre, Le Mouvement étudiant québécois des années 1960 et ses relations avec le mouvement international.

19h-20h : Jacques Mathieu et Jacques Cayouette, Curieuses histoires de plantes du Canada.

Samedi 18

10h-11h : Société d’histoire des Filles du Roy, Les Filles du Roy pionnières de Montréal.

10h-11h : Hugues Théorêt, L’Expédition allemande à l’île d’Anticosti.

11h-12h : Jean-Charles Panneton, Le Gouvernement Lévesque tome 1.

11h-12h : Marjolaine Saint-Pierre, Louise Beaudet.

13h-14h : Gaston Deschênes, Les Gens de Montréal à l’époque de la confédération.

13h-14h : Yves Desjardins, Histoire du Mile-End.

14h-15h : Marcel Fournier, Les Officiers des troupes de la Marine.

14h-15h : Jacques Mathieu, La Vie méconnue de Louis-Hébert et Marie Rollet.

15h-16h : Jean Lamarre, Le Mouvement étudiant québécois des années 1960 et ses relations avec le mouvement international.

15h-16h : Jacques Mathieu et Jacques Cayouette, Curieuses histoires de plantes du Canada.

19h-20h : Hugues Théorêt, L’Expédition allemande à l’île d’Anticosti.

Dimanche 19

11h-12h : Marjolaine Saint-Pierre, Louise Beaudet.

13h30-14h30 : Marcel Fournier, Les Officiers des troupes de la Marine.

14h30-15h30 : Jean-Charles Panneton, Le Gouvernement Lévesque tome 1.

15h30-16h30 : Société d’histoire des Filles du Roy, Les Filles du Roy pionnières de Montréal.

14h-15h : Jacques Mathieu, La Vie méconnue de Louis-Hébert et Marie Rollet.

15h-16h : Jacques Mathieu et Jacques Cayouette, Curieuses histoires de plantes du Canada.

slm2017

La vente par catalogues

 

Au cours de ses 150 ans d’histoire, le magasin de Jean-Baptiste Laliberté du quartier Saint-Roch a pris plusieurs décisions d’affaires. À l’instar des marchands Timothy Eaton de Toronto ou Dupuis Frères de Montréal, ou encore Zéphirin Paquet et P.-T. Légaré de Québec, Laliberté a vite compris l’importance de produire des catalogues pour faire connaître sa marchandise. À compter des années 1890, ils sont mis à la poste et ils pénètrent dans un grand nombre de résidences et de magasins, partout au Canada. Des dessinateurs reproduisent alors dans ces catalogues les différents modèles de manteaux et de chapeaux conçus dans les ateliers du magasin.

Tiré du livre de Jean-Marie Lebel « Laliberté se raconte ».

21751669_1495134183880819_8685125835410503590_n

 

21740150_1495134180547486_7995135433254213804_n

21728171_1495134177214153_4605312921798855348_n

Photographies : Catalogues du magasin J.B. Laliberté, Archives Laliberté.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

L’Hôtel Albion

Il existe à Québec de très anciens hôtels toujours en opération. On pense évidemment au Château Frontenac ouvert en 1893 ou encore au Clarendon qui accueille des clients depuis 1870. Un autre vieil hôtel de Québec, peut-être le plus ancien, est l’Hôtel Manoir Victoria. Comme les autres, il a changé de propriétaire au cours de son histoire; contrairement aux autres, il a changé de nom. Néanmoins, on y retrouve un hôtel depuis sa construction de 1825. C’est le maître maçon John Cannon qui construit ce qui allait s’appeler l’Hôtel Albion. La côte du Palais se nommait alors la rue des Pauvres. Cet hôtel est célèbre à plus d’un titre. Il a accueilli la deuxième séance de l’histoire du conseil municipal de Québec le 4 mai 1833. Par ailleurs, lorsque la capitale du Canada revient à Québec après un séjour à Toronto, la nouvelle résidence officielle du gouverneur à Spencer Wood n’est pas encore prête. C’est pourquoi le gouverneur Elgin passe l’hiver de 1851-1852 dans une suite de l’Hôtel Albion qui deviendra, par le fait même, la résidence officielle du gouverneur. Ça donne beaucoup de prestige à un hôtel.



21125733_1481485408579030_1937636778730427049_o

Photographie : La côte du Palais en 1929, Archives de la Ville de Québec, négatif No N000007.
Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

La redoute Dauphine

 

Un des plus beaux et des plus étonnants bâtiments du Vieux-Québec est probablement la redoute Dauphine. Elle est située au parc de l’Artillerie du Lieu historique national des Fortifications-de-Québec. Sa construction s’amorce en 1712 à partir des plans de l’ingénieur Josué Boisberthelot de Beaucours. Abandonnée dès l’année suivante, c’est Joseph-Gaspard Chaussegros de Léry qui la complète en 1747-1748. Elle est construite sur une dénivellation importante. C’est ce qui explique que sa section sud comporte deux étages alors que celle du nord en compte quatre. À l’époque, on la décrivait comme une «tour bastionnée». En effet, il s’agissait d’une caserne de soldats qui était appuyée sur un bastion armé de batteries. Ça en faisait un bâtiment de défense autonome. Ce qui lui a donné sa personnalité distinctive est sans doute la présence de ses cinq imposants contreforts. Ces derniers n’étaient pas d’origine. En effet, c’est en 1770 les Britanniques constatent un mouvement du bâtiment qui semble se déplacer vers le pied de la pente sur laquelle il se trouve. C’est pourquoi ils ajoutent ces contreforts pour contrer la poussée qui s’exerce vers le bas. C’est ce qui rendra cet édifice unique. Au fil du temps, elle aura servi de caserne, de logis d’officiers, de mess, d’entrepôts, de logement pour le surintendant de l’Arsenal du Dominion et de local de la YWCA. Par ailleurs, il s’agit du deuxième plus ancien bâtiment militaire au Canada. Seule la redoute du Cap de la citadelle (1693) est plus ancienne. Parcs Canada y effectue actuellement d’importants travaux de restauration pour lui redonner son lustre d’antan.

20108285_1445072292220342_2522786232490143473_n

Photographie : La redoute Dauphine, Jesús Alonso.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

Les Laurentides

 

Quel lien peut-il bien y avoir entre François-Xavier Garneau et les Laurentides? Garneau est né à Québec en 1809, il y a passé sa vie et il y est décédé en 1866. Et c’est dans la capitale qu’il a écrit son œuvre majeure, son «Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à nos jours», qui lui a valu le surnom «d’historien national». Il voulait ainsi répondre au gouverneur lord Durham qui affirmait que le Bas-Canada n’avait ni histoire, ni littérature. Le premier tome de cette histoire est publié à Québec en 1845. Dans la section faisant la description du Canada, Garneau décrit la chaine de montagnes qui couvre le bouclier canadien, au nord du Saint-Laurent, du lac Témiscamingue jusqu’au Labrador. Et il précise: «Cette chaîne n’ayant pas de nom propre et reconnu, nous lui donnons celui de Laurentides qui nous paraît bien adapté à la situation de ces montagnes qui suivent une direction parallèle au Saint-Laurent.» Ce nouveau toponyme est vite accepté et adopté et il donnera à son tour naissance à d’autres toponymes, que ce soit la ville, la région administrative, une MRC, la réserve faunique ou encore des rues. On peut donc affirmer sans se tromper que les Laurentides sont nées à Québec en 1845 et que c’est François-Xavier Garneau qui a signé leur acte de naissance.

19983868_1437766269617611_2308990324960766626_o

Photographie : Le monument de François-Xavier Garneau, Wikimédia.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

Le premier portrait imprimé au Canada

 

En novembre 1775, Augustin-David Hubert est nommé 18e curé de la paroisse Notre-Dame de Québec. Il n’a que 24 ans. Il est le premier curé de cette paroisse natif de Québec. Ses ouailles lui vouent donc une affection particulière. Au fil du temps, ses paroissiens l’aiment beaucoup et il est très apprécié. Dans sa 16e année de cure, le 21 mai 1792, sur l’heure du dîner, il s’embarque, avec sept autres passagers, dans la chaloupe des Lachance pour se rendre à l’île d’Orléans pour visiter un confrère. Le temps est gris et le Saint-Laurent est particulièrement agité. Au milieu du fleuve, les pilotes doivent changer de cap et se diriger vers la Pointe- Lévy à l’endroit connu sous le nom d’«entre les deux églises». La chaloupe prend l’eau et plusieurs embarcations viennent à leur rescousse, mais en vain. Tous périront, à l’exceptions des deux pilotes Lachance, père et fils. Le corps du curé Hubert est repêché 15 jours plus tard. Il sera inhumé le 7 juin, jour de la Fête-Dieu, dans sa cathédrale, dans le caveau de la Sainte-Famille, du côté de la rue De Buade. Les paroissiens sont sous le choc et réclament un souvenir. On fera produire, à l’imprimerie de la Gazette de Québec, une gravure du curé Hubert portant l’inscription «Homme charitable et bon». Cette carte mortuaire sera le premier portrait qui sera imprimé au Canada.

Voir : «La paroisse Notre-Dame de Québec. Ses curés et leurs époques» de Jean-Marie Lebel, Septentrion, 2014, p. 160-169.

18557205_1383245471736358_4001585220129709296_n

Iconographie : Carte mortuaire du curé Hubert, tirée du livre précédent, p. 169.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.

Les premières limites de la ville

 

C’est en décembre 1791 que l’Acte constitutionnel est promulgué. Québec devient alors la capitale du Bas-Canada. En juin et juillet 1792 auront lieu les premières élections. Préalablement, le 7 mai 1792, il y a 225 ans aujourd’hui, le lieutenant-gouverneur Alured Clarke fixe les limites de 21 circonscriptions électorales. À Québec, il crée les circonscriptions de la Basse-Ville et de la Haute-Ville. Ce faisant, il détermine les limites de la ville elle-même. Au sud, à l’est et au nord, on retrouve des limites naturelles, soit le fleuve Saint-Laurent et la rivière Saint-Charles. À l’ouest, on trace une ligne droite à partir de l’Hôpital Général, en bordure de la rivière, et ce, jusqu’au fleuve, de l’autre côté du plateau. Cette ligne suit l’axe de la rue Saint-Ours, aujourd’hui le boulevard Langelier. À la haute-ville, cette ligne passe en diagonal entre les actuelles avenues De Salaberry et Cartier. Depuis ce temps, la ville de Québec s’est étendue vers l’ouest. Néanmoins, encore de nos jours, on retrouve toujours des reliquats de cette ancienne limite. Ainsi, le boulevard Langelier et l’avenue De Salaberry divisent la ville entre l’est, l’ancienne ville, et l’ouest, son extension plus récente.

18222323_1371125282948377_4643794672654904890_n

Illustration : Carte tirée de «Atlas of the city and county of Quebec from actual surveys, based upon the cadastral plans deposited in the office of the Department of Crown Lands» de H.W. Hopkins, 1879, BAnQ, G,1144,Q4G475,H6,1879 CAR.

Source de l’article: Page Facebook de la Société historique de Québec.