Archives pour la catégorie Histoire

À Table ! Traditions alimentaires au Québec

Le Musée du Château Ramezay, à Montréal, a inauguré la semaine passée sa nouvelle exposition temporaire dédiée aux traditions alimentaires au Québec.

Présentation de l’exposition :

Steak, blé d’Inde, patates… Existe-t-il expression populaire plus évocatrice de la tradition culinaire québécoise? Ces quelques mots résument à eux seuls tout l’amalgame des influences alimentaires au Québec : le maïs associé aux Premières Nations, la consommation bovine, aux colons français et la pomme de terre, rappelant la présence britannique. Du 10 novembre 2009 au 6 septembre 2010, le Musée du Château Ramezay vous invite à passerÀ Table!

Au cours des dernières années, des découvertes étonnantes ont été faites sur les habitudes alimentaires d’autrefois et sur l’héritage que nous en conservons aujourd’hui.
Par exemple, saviez-vous…

- Que le fameux repas de cabane à sucre est tout droit sorti des
cuisines britanniques;
- Qu’en Nouvelle-France, les Canadiens mangent la viande de castor en plein carême… avec la bénédiction de l’Église;
- Que le vin est une boisson consommée à des fins thérapeutiques;
- Qu’aux 17e et 18e siècles, on mange « mieux » au Canada qu’en France.

L’exposition À Table! explore les différentes facettes de la culture culinaire du Québec, depuis l’arrivée des premiers habitants jusqu’à nos jours. Elle présente non seulement les aliments qui étaient consommés, mais aussi les méthodes de conservation et de préparation des repas, les techniques d’agriculture et leur impact sur la cuisine, les us et coutumes entourant les plaisirs de la table, les réseaux d’importation des denrées comestibles ainsi que les apports plus récents des nouveaux arrivants au répertoire culinaire québécois.


Plus d’une centaine d’artefacts témoignent de l’évolution des habitudes de consommation : de la tinette à la crémaillère, en passant par la bouteille de bière de gingembre, l’étui à cure-dents, la cafetière égoïste, les coupons de rationnement et même le couteau à smoked meat de chez Schwartz’s.

L’exposition À Table! est une invitation à mesurer vos connaissances sur l’origine des plats dits « traditionnels » et à découvrir les influences culturelles qui ont façonné notre répertoire culinaire au cours des siècles.

Venez découvrir l’histoire… dans une assiette!

En complément de votre visite, vous trouverez le livre d’Yvon Desloges À table en Nouvelle-France qui vous présentera une étude récente et originale sur les mythes et réalités de l’alimentation des premiers habitants

L97828944860161.jpg

Précision sur Maurice K. Séguin

L’édition du « Voyage de Peter Kalm » est d’une richesse incroyable. Réalisé par Jacques Rousseau, Guy Béthune et Pierre Morisset, ce travail m’impressionne à chaque fois que je le consulte. Cette fois, j’y cherche des informations sur le passage de Français à Canadien. À la page CXXXVI, Rousseau indique qu’il a traduit en français la plupart des titres suédois de Kalm. En note, il précise: » Le professeur M.K. Seguin (sans accent) du Département de géologie de l’Université Laval a eu l’amabilité de vérifier ces traductions et de suggérer plusieurs corrections ».

Dans mon texte de présentation du monumental essai de Séguin sur Champlain ( Septentrion, 2008:9), je signalais qu’il avait profiter d’un séjour de deux années en Suède pour se familiariser avec la langue suédoise. Il me restait un petit doute qui se devine à ma façon de raconter la chose.

Me voilà rassurer et vous aussi.

Ce rappel est aussi l’occasion de souligner l’audace de Pierre Tisseyre ( Cercle du livre de France, 1977) qui a relevé avec le « Voyage de Peter Kalm » un véritable défi. J’ai rarement vu un ouvrage aussi complexe et exigeant pour un éditeur.

Je salue avec émotion le souvenir d’un grand éditeur.

BAnQ. Un siècle d’histoire

À propos d’un livre récent sur BAnQ.

Fides vient de publier sous la signature de mon « compatriote » de Saint-Tite, l’excellent Denis Goulet, un ouvrage consacré à Bibliothèque et Archives nationales du Québec avec en sous-titre « Un siècle d’histoire ». Le livre est très agréable et retrace bien les étapes qui ont conduit à la naissance de BAnQ. Mais aucun ouvrage n’est parfait et il n’était pas facile pour l’auteur de répondre aux attentes des uns et des autres. Il est de notoriété quasi publique que le manuscrit de Denis Goulet a été examiné par diverses équipes de BAnQ. Si j’avais été invité à me joindre à celles-ci voici quelques remarques que j’aurais formulées.

1) Goulet, p.97. « Passionné des livres » dit-on de moi. Je veux bien, mais mon objectif était de développer des lieux d’éducation populaire et permanente. Les bibliothèques et les musées ont été au coeur de mes préoccupations et de mes actions.

2) Goulet p. 97. La légende de la photo n’est pas exacte. J’ai été nommé ministre en février 1978.

3) Goulet p. 97. La situation immobilière de la Bibliothèque nationale. J’aimais cet endroit que j’avais fréquenté. Son état me préoccupait de même que celui du centre d’archives de Montréal (ouvert en 1974). Le problème principal: il n’y avait pas d’entente entre la Bibliothèque et les Archives. Quatre protocoles avaient été préparés pour déterminer par écrit les mandats de chacun. C’était à mourir de tristesse. Brault se faisait tirer dans le dos à qui mieux-mieux. J’ai quand même réussi à faire préparer un projet d’agrandissement. Je me souviens très bien de mes visites et des discussions avec les fonctionnaires des travaux publics. À noter que la collaboration de la ministre des travaux publics, Jocelyne Ouellet, était acquise à tous nos projets. Nous avons siégé ensemble au conseil du trésor et nous voulions réaliser le maximum. Nos cabinets travaillaient main dans la main. En page 107, Goulet mentionne d’ailleurs le dépôt d’un projet de construction. J’ai alors quitté le ministère et je suppose que la chicane a continué et empêché la réalisation du projet.

4) Goulet p. 258. La collaboration de madame Ouellet m’a permis d’ouvrir six centres régionaux d’archives en trois ans et d’installer les Archives nationales dans le pavillon Casault (Goulet, p. 260). On a l’impression que ce déménagement a été une réalisation du Saint-Esprit. À mon arrivée au ministère, les ANQ étaient logées dans le Musée du Québec et occupaient une belle salle d’exposition au rez-de-chaussée. Les fonctionnaires avaient installé leurs bureaux dans d’autres salles. Je les ai fait déménager dans une école située à proximité. Ce ne fut pas une mesure très populaire, mais le Musée a repris peu à peu sa vocation.

5) Goulet p. 98. Dossier de Brault sur les salaires des bibliothécaires. J’ai évidemment lu les mémoires de Jean-Rémi Brault. C’est un homme discret et réservé. Il m’a tout de même appris des choses troublantes, mais ce qu’il ignorait c’est que son mémoire n’aurait pas eu un bien gros impact si je n’avais pas été au Conseil du Trésor avec M. Parizeau. J’ai déjà raconté devant un auditoire de bibliothécaires ce qui s’est passé alors.

6) Une loi des Archives. Dès mon arrivée au ministère, la décision avait été prise de préparer un projet de loi sur les Archives. Historien comme moi, le sous-ministre Noël Vallerand, y tenait et s’en occupait personnellement. Goulet (p. 262) parle « d’indifférence générale ». Bien au contraire, le Conseil du trésor voulait en assumer la responsabilité, le ministère des Travaux publics également de même que le ministère des Affaires culturelles, même si François Beaudin montrait à cet égard une certaine mollesse. Vallerand, ami personnel de Robert Tessier, secrétaire du conseil du trésor, était confiant de faire aboutir ce dossier. Il est tombé gravement malade tandis que moi j’échouais dans mes efforts pour convaincre mes collègues du conseil des ministres d’introduire l’obligation de remettre à l’État leurs propres « archives ministérielles ». Il y a un livre à écrire sur cette seule question. J’ai refusé de déposer un projet de loi qui ne comprendrait pas une telle obligation. Mon successeur, Clément Richard, a cédé et a fait voter la loi. À noter que c’est moi qui ai amorcé la loi d’accès à l’information. Mais là, ce fut pire encore et la protection des renseignements a pris le dessus. On en souffre encore aujourd’hui. Il aurait fallu que je reste aux Affaires culturelles et aux Communications au moins 2 ou 3 ans de plus.

7) Goulet p. 284 et 347. Le traité de Murray. Vraiment je ne comprends pas le silence de la note 118 à propos de ma recherche sur le traité de Murray. Mon étude ( La Fin des alliances franco-indiennes, Boréal et Septentrion, 1995) m’a valu d’être finaliste au prix du Gouverneur général. C’est moi qui ai établi le texte exact et la découverte d’un original a confirmé mes conclusions. Bien plus, Septentrion a publié l’étude d’André Münch (L’Expertise en écritures et en signatures, 2000) qui a établi l’authenticité du document découvert « par accident ».

Évidemment, mes archives de députés et de ministre ont été confiées aux Archives nationales et tout ce que j’écris ici peut être vérifié.

J’ai même déposé dans le temps les archives des éditions du Boréal.

L’art du kidnapping. Christian Rioux.

CET ARTICLE S’EST MÉRITÉ LE PRIX JUDITH JASMIN DANS LA CATÉGORIE OPINION, DÉCERNÉ PAR LA FÉDÉRATION PROFESSIONNELLE DES JOURNALISTES DU QUÉBEC (FPJQ)

L’art du kidnapping
Voilà en effet la sornette qu’est venue raconter cette semaine aux Français la gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean
Christian RIOUX
Le Devoir
vendredi 9 mai 2008



« Dans la catégorie Opinion, le prix Judith-Jasmin est attribué à Christian Rioux du Devoir pour « L’art du kidnapping »

« Pour le jury, ce texte est un véritable bijou tant au point de vue de la forme que du fond. L’auteur a su démontrer avec brio, érudition et conviction, et dans un français absolument impeccable, l’habile manoeuvre du gouvernement fédéral visant à détourner à son profit le 400e anniversaire de Québec. Les juges ont accordé une note parfaite à ce texte qui démonte le stratagème politique en utilisant superbement l’analogie du kidnapping. Ce texte d’opinion, exemplaire en son genre, constitue un régal pour l’intelligence ! » Texte du jury de la FPJQ, 2008


Ce n’est pas tous les jours qu’on assiste à un kidnapping. J’utilise volontairement le mot anglais, car le français n’a pas le même éclat. « Enlèvement » fait tout de suite penser à l’enlèvement de la neige ou des ordures. Mais le kidnapping recèle pour ainsi dire un parfum de mystère. Des kidnappings, il y en a eu des grands, des sordides et des célèbres. Pensons au rapt des Sabines, qui provoqua une guerre à Rome et dont Picasso fit un tableau magnifique. Pensons à Malraux qui rêvait de kidnapper Trotski pour le libérer de sa prison stalinienne. Le mot anglais évoque l’enlèvement des esclaves pour les faire travailler dans les plantations du Sud. Il souligne le vol des enfants (kids), qu’il fallait attirer par mille et un subterfuges. Car le kidnapping est un art complexe. Pour kidnapper quelqu’un, il faut d’abord s’en approcher subrepticement, l’appâter et parfois même le séduire. Chacun sait que la victime développe souvent par la suite une relation ambiguë avec son ravisseur, une sorte de soumission mêlée de sympathie morbide. Le kidnapping est affaire d’experts. Ne devient pas kidnappeur qui veut.

Le kidnapping dont il est question ici n’a ni le charme ni la volupté des précédents, mais il ne manque pas d’intérêt non plus. On peut kidnapper des personnalités, mais on peut aussi kidnapper des idées. On peut même kidnapper des pans entiers d’histoire.

Il y a 400 ans, des aventuriers un peu fous sont partis de Honfleur pour fonder une ville de l’autre côté de l’Atlantique. Parmi cette bande de fêlés se trouvait un certain Samuel de Champlain qui, avec l’aide de quelques autres, fonda Québec en 1608. De ce geste mémorable a découlé l’histoire de tout un peuple. Celui-ci n’existerait pas sans l’intelligence de ces précurseurs qui avaient eu l’intuition sublime qu’en s’établissant là où le fleuve se rétrécit, ils pourraient contrôler l’accès à tout un continent. Et, comme de fait, jusque vers 1800, ce sont ces habitants, plus tard appelés Canadiens, Canadiens français et Québécois, qui ont contrôlé l’accès aux Grands Lacs et aux fleuves qui menaient jusqu’en Louisiane et aux Rocheuses.

Mais voilà que quelques kidnappeurs habiles ont récemment entrepris de ravir aux descendants de cette bande d’aventuriers cette belle histoire qu’ils avaient toujours été les seuls à se raconter de génération en génération. Ceux-ci ont même entrepris d’en faire le moment fondateur d’un pays nommé Canada, pourtant apparu 250 ans plus tard et devenu véritablement indépendant au cours de la première moitié du XXe siècle.

Voilà en effet la sornette qu’est venue raconter cette semaine aux Français la gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean. Son excellence semble d’ailleurs elle-même tellement en manque de racines historiques qu’elle pousse la farce jusqu’à faire remonter l’origine de sa propre fonction… à Champlain. Comme si l’aventurier de Brouage s’était subitement métamorphosé en lectrice de nouvelles de Radio-Canada.

L’affaire est d’autant plus cocasse qu’il y a quelques années à peine, les Français avaient vu débarquer chez eux un premier ministre canadien nommé Jean Chrétien qui leur avait raconté une tout autre histoire. Celui-ci avait expliqué avec moult exemples que l’Amérique française n’était pas née en 1608 à Québec mais bien en 1604 à Port-Royal, cette colonie mort-née de la Nouvelle-Écosse. La fondation de Québec était donc une peccadille, un détail de l’histoire, pourrait-on dire. Cependant, comme les grandes festivités nord-américaines qui avaient été spécialement conçues pour faire de l’ombre à celles de Québec firent long feu, il fallut bien récrire de nouveau le manuel d’histoire.

If you can’t beat them, join them. Il aura fallu l’intelligence de Stephen Harper pour que le révisionnisme historique atteigne un nouveau sommet. Le kidnapping exige une préparation minutieuse. Celui dont nous parlons a été conçu dès le sommet de la Francophonie tenu à Bucarest en septembre 2006. C’est là, devant votre humble serviteur, que le nouveau premier ministre avait affirmé pour la première fois que le français a été « la langue fondatrice du Canada » et que « la fondation de Québec marque aussi la fondation de l’État canadien ». En 1608, il n’y avait pas l’ombre d’un État français en Nouvelle-France puisque Champlain et son commanditaire, Pierre Dugua de Monts, étaient en quelque sorte des entrepreneurs privés (le régiment de Carignan n’est arrivé qu’en 1665). Mais qu’on se le dise, il y aurait eu un « État canadien », probablement caché quelque part dans les bois.

Le projet allait prendre corps lors du voyage qu’a fait Stephen Harper en Australie l’an dernier. Ironie du sort, c’est dans cette ancienne colonie pénitentiaire où furent déportés 58 Patriotes de 1837-38 que le premier ministre avait tenu à répéter que « le Canada est né en français, à Québec, il y aura 400 ans ». Ce n’était pourtant pas l’opinion des Thibert, Longtin, Morin, Paré, Laberge et Dumouchelle, exilés en 1840 sur la péninsule de Longbottom, près de Sydney.

La gouverneure générale Michaëlle Jean, qui achève ces jours-ci une mission en France, a décidé de pousser la supercherie encore plus loin. Il s’agit cette fois-ci de convaincre non plus les Québécois mais les Français eux-mêmes qu’ils n’ont pas fondé la Nouvelle-France en 1608 mais bien l’unique monarchie de toutes les Amériques, un beau et grand pays multiculturel appelé Canada.

La boucle est maintenant bouclée ; le piège peut se refermer.

***

Tout l’art du ravisseur tient évidemment dans la manière de séduire sa proie. Quoi de plus flatteur pour les Québécois que de se faire dire qu’ils ont fondé le Canada tout seuls comme des grands ? Et en français en plus ! Pour peu, ils en oublieraient toutes les leçons qu’ils ont apprises à la petite école.

Si le kidnapping réussit, les Québécois pourront se flatter la bedaine en racontant partout qu’ils ont fondé le Canada. Certains Québécois semblent d’ailleurs déjà atteints du syndrome de Stockholm. En pratique, l’opération permettra de passer à la trappe 250 ans d’histoire. Une histoire qui a non seulement façonné un peuple distinct mais qui est la seule à permettre de comprendre que ce peuple a existé avant le Canada et qu’il pourrait bien un jour exister sans lui.

***

crioux@ledevoir.com

Suggérer cet article par courriel

Cassure ou Perte de repères toponymiques

Mes opinions ne plaisent pas beaucoup aux responsables du Soleil. Sans doute, cherche-t-on à protéger madame Marois!

Il me reste le refuge de mon blogue. Voici le texte soumis au Soleil dès vendredi le 28. J’avais cessé toute activité pour le préparer sur le champ.

« Il y a eu une cassure lors des fusions » avoue enfin madame Marois. C’était bien évident, mais il en a fallu du temps pour l’admettre! Seules Agnès Maltais et Christiane Gagnon avaient sauvé leur siège. Elles étaient toutes deux dans des comtés non touchés. Madame Boucher en avait profité pour se faire élire sans équipe, sans budget, sans programme, sans pancartes. À mon avis, même la victoire de M. Labeaume n’est pas étrangère à une rancœur dirigée contre Madame Bourget et son parti. Les changements ridicules de noms de rues avaient ajouté à l’irritation découlant des fusions.

Faute avouée, faute à demi pardonnée. Que doit faire le PQ pour regagner une confiance bêtement perdue. Il n’est évidemment pas question de revenir en arrière. Les chicanes étaient devenues insupportables et tout à fait nuisibles.

Non seulement il n’y a pas eu d’économies d’échelle, mais certains salaires ont explosé. Là non plus on ne reviendra pas en arrière, mais il me semble qu’ils doivent pris en considération dans les négociations actuelles. Secundo, les problèmes de la caisse de retraite sont ceux de l’ancienne ville. Tertio, déjà cette caisse faisait problème, Avec des prises de retraite plus hâtive et une espérance de vie plus longue, la solution n’est pas dans les négociations. Un gouvernement du PQ devrait s’engager à examiner ce problème.

Personnellement, c’est la perte d’un patrimoine toponymique qui m’a fait le plus mal. Beauport, Sillery, Cap Rouge, Charlevoix, Ste-Foy, etc. sont des noms chargés d’histoire. Il y avait une façon de les conserver. Des modèles existent ailleurs. À Québec, on a tout fait pour que même une chatte ne retrouve pas ses petits. Ces jours derniers, je remarquais une note sur un dépliant de la Ville de Québec : « Si vous ne savez pas dans quel arrondissement vous habitez…!!! » Eh oui. Les anciennes villes ont été charcutées et leur population répartie comme du bétail dans des arrondissements aseptisés. Exemple : on fait des fouilles archéologiques à coups de millions dans Cap Rouge, ville qui a été rayée de la carte et dont le nom n’a même pas pu être retenu pour un arrondissement. On a préféré « laurentien »!

Maintenant que le premier pas est fait, que madame Marois s’engage à revenir sur les questions d’aménagement. Après tout, pour faire un pays, il faut une population et aussi un territoire.

L’Amérique et l’Afrique

Est-il vrai que Sarah Palin, au cours d’une entrevue, a hésité pour nommer les pays membres de l’Alena? Est-il vrai qu’elle ne savait pas que l’Afrique est un continent plutôt qu’un pays ou un regroupement de pays? Dans les deux cas, avec galanterie, je lui accorde le bénéfice du doute.

Mais les Français qui disent L’Amérique pour désigner les États-Unis savent-ils qu’ils confondent un pays et un continent ? Quand le président Bush dit America, comment faut-il l’interpréter ? Évoque-t-il l’évolution inéluctable de l’Alena ?

En 1776, les Treize Colonies deviennent les United Colonies puis, en 1783, les United States of America. À l’époque, leurs dirigeants ont cherché à donner un nom à ce nouveau pays, sans réussir. C’est resté United States of America jusqu’au jour où ils se sont rendus maîtres de toute l’Amérique ou ont cru l’être devenus. C’était il y a plus d’un siècle, Manifest Destiny aidant.

P.S. : Jusqu’à présent, le Mexique et le Canada, deux pays qui sont également des « états unis », ont au moins réussi à sauver leur nom.

La séparation des pouvoirs

La choix du président par les parlementaires de l’opposition a soulevé la colère du premier ministre.Et pourtant. J’ai adressé au Devoir la lettre suivante qui n’a pas trouvé sa place parmi les opinions des lecteurs. Sans doute la résignation du responsable est-elle totale.

Le premier ministre et le président.

Monsieur Charest a été offusqué par la manière avec laquelle M. François Gendron a accédé à la présidence. Le leader du gouvernement, M. Fournier, a clamé son indignation. Comme ils sont tous deux tout à fait sincères, j’en déduis que le rôle fondamental dévolu à l’Assemblée nationale a été, depuis belle lurette, relégué aux oubliettes.

Avec les années, l’Assemblée nationale est tombée sous le contrôle de l’exécutif. Il est peut-être temps de rétablir les responsabilités du législatif et de l’exécutif et de profiter de la présence d’un gouvernement minoritaire pour renouer avec la séparation des pouvoirs.

L’assemblée des députés a la responsabilité de voter les lois et le budget. Les ministres sont responsables devant l’Assemblée nationale. Logiquement, l’assemblée devrait pouvoir examiner sérieusement les projets de loi soumis par le gouvernement, passer au crible le budget proposé et, le cas échéant, blâmer un ministre.

L’idéal est que le choix du président de l’Assemblée nationale et des membres du bureau soit celui des parlementaires sans intervention de l’exécutif. Ceux-ci ne sont pas consultés dans le choix des ministres et inversement le pouvoir législatif doit retrouver son autonomie pour jouer son rôle et regagner la confiance de la population.

Concrètement, l’élection du président et des membres du Bureau devrait toujours se faire à l’initiative du secrétaire général et par vote secret.

Dans notre régime politique, les pouvoirs d’un Premier ministre sont excessifs. Et ce, quel qu’il soit! C’est peut-être pour cette raison que, plus ou moins consciemment, l’électorat opte pour des gouvernements minoritaires. On appelle ça la sagesse populaire.

1er novembre 2008.

Perte de mémoire et la vitesse de google!

Un blogueur très actif a préparé un texte intitulé « deux visions de l’histoire s’affrontent ». Il l’a retiré aussitôt mais non avant que nous puissions en prendre connaissance.

Pourquoi? J’aimerais bien le savoir. Pour l’instant, je garde confidentiel son commentaire.

Cet incident m’a rappelé un excellent roman de Philip Roth intitulé « La Tâche ».

Par ailleurs un autre lecteur, Claude Morin, m’a envoyé un échange très intéressant avec Jocelyn Létourneau. Il n’y a pas de rapport me direz-vous. Peut-être.

Il s’agit toujours de mémoire et d’identité. Et M. Morin m’a autorisé à publié son texte.

À suivre.